• La Fille Aux Boomerangs

     

     

     

     

    Elle venait d'Esperance, une ville du Sud-Ouest de l'Australie. Elle était revenue en France pour ses seize ans, quelques jours après son anniversaire. Ses parents lui avait encore offert un boomerang. Elle les collectionnait comme un certain garçon les Yoyos. La première fois qu'elle eut un boomerang c'était à ses huit ans. Cadeau original pour nous Européens mais d'une banalité affligeante pour un Australien. Les parents n'étant pas des natifs, l'erreur est pardonnée surtout que ce cadeau allait changer la vie de cette petite fille rousse. C'était une arme pour les aborigènes, mais pour beaucoup d'Australiens c'était devenu un jeu d'adresse où l'outil allait et revenait.

     

    La petite commença son apprentissage par le jeu du va-et-revient puis prit l'option arme avec des kangourous, les pauvres bêtes avaient été les premières victimes de la sauvageonne civilisée. L'arme permettait de cogner une proie et d'aller ensuite cueillir l'objet de son désir encore tout évanoui. Elle devenait experte de semaines en semaines, dans le choix de ses victimes aussi, les kangourous ne lui suffirent pas, elle exerça ainsi son lancer sur une de ses camarades pendant la récréation, uniquement pour voir. La victime évanouie, elle put agir sur elle. Elle vola des bonbons que la fille tombée par terre dissimulait dans sa poche, elle l'avait vu en manger en cachette pendant le cours de dessin, elle méritait cette punition. La jeune fille sage et candide au visage d'ange roux comme le sucre se contenta donc d'assommer les gens pour leur dérober des bonbons, ce qu'elle préférait avant tout c'était les sucettes, les maintes fois où elle avait été au drugstore c'était pour se cogner le vendeur et avoir son compte de sucettes.

     

    La fille aux boomerangs était esthéte, elle n'en voulait qu'aux jolis garçons qui présentaient de beaux magasins. Une fois assommés, elle pouvait se servir de leur boutique, ils ne pouvaient savoir ce qu'elle faisait. Elle se lançait car elle n'était pas farouche avec son petit air de rien en tête. Tout ça pour des sucettes ! Les vendeurs australiens s'en souviendraient longtemps des maux de tête qu'ils avaient ressentis tous après le passage de Miss Boomerang, plus leur tête leur faisait mal plus ils réalisaient que l'intimité de leur boutique avait été violée.

     

    Arrivée en France, elle se sentit un peu perdue dans Paris, elle ne parlait pas encore français et puis tout y était bruyant et rapide. Elle détesta Paris comme elle détesta Sidney, elle détestait les grandes capitales. Placée en pension dans le privé, elle voyait ses parents quelques week-ends et durant les vacances. Cela lui plut, ayant un peu de liberté, d'espace sans l'autorité parentale, et puis elle devint la coqueluche de sa classe grâce aux boomerangs qu'elle utilisait avec malice, elle était devenue par la suite reine d'une bande d'amazones et découvrit que ces Français étaient bien à son goût, peut-être à cause de son sang de petite française.

     

    Là aussi, elle commença à faire les boutiques et s'amusa de voir les petits vendeurs français tomber à ses pieds, leurs boutiques se laissant toutes visiter, elle se damnait pour avoir sa part de sucettes. Quelques temps après son arrivée, elle repéra un joli garçon, roi en sa propre cour, le garçon jouait toujours aux Yoyos, elle qui n'avait jamais vu un tel engin en fut charmée et se décida à l'aborder, celui-ci elle ne l'assommerait jamais mais s'en ferait un ami. Tout comme elle, il avait entre les mains un outil fascinant et à eux deux ils en feront surement des merveilles, il lui apprendrait son jeu, elle le sien.

     

     

    Une histoire commença entre ces deux là, laissons-les ...

     

     

    « Le Garçon Aux YoyosClefs Du Paradis Ou Clefs D'Enfer »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :