• La Légende De Kandirah

     

     

    Oyez, oyez braves gens la triste histoire de Kandirah la belle.

     

    Ce pays imaginaire que nul ne trouvera, ne pourra découvrir, mais cherchez, cherchez toujours, cherchez encore ...

    peut-être qu'un jour ...

     

    La belle Kandirah était un vaste et splendide pays aux profondes vallées, aux grandes étendues d'eaux, d'immenses plaines, la nature y faisait la joie de tous, des villes avaient été aménagées pour être en accord avec cette nature, ni grandes ni petites, des villes dans la juste mesure, pourrait-on dire ! La population était fière de posséder ses nombreuses petites villes si bien éparpillées dans tout le pays, si bien adaptées au goût de chacun, car chaque ville avait son attrait, sa saveur, son originalité, le peuple n'avait qu'à choisir sa ville, ou plutôt ses villes car on avait doublé, triplé ... certaines d'elles pour que la population ne s'installât pas en nombre dans une seule et même ville et n'augmentât pas trop la taille urbaine qu'il fallait respecter.

     

    Le bon peuple de Kandirah vivait donc heureux sans le moindre souci ni la moindre gêne car la royauté contribuait à l'harmonie des Kandirahiens, c'était un devoir royal de gouverner avec justesse, équilibre et gentillesse, le pays était si immense que de nouvelles cités étaient progressivement construites, tout était Paradis, tout était sain. Le Roi Victor et la Reine Dolcia en harmonie avec leur peuple, étaient issus d'une grande lignée de souverains justes, bons, pacifistes vivant dans l'amour de leur prochain, vivant pour les autres, le bonheur du peuple passait avant leur propre intérêt, la royauté après les désirs, les besoins, la vie des Kandirahiens.

     

    Kandirah, pays qui me semble merveilleux, une lumineuse oasis de sagesse et d'entente qui avait pourtant la fâcheuse manie d'être un trop beau bonheur pour tous. Le malin, le monstre, l'ignoble malfaisant qui avait toujours régner à l'extérieur de la belle contrée, un jour d'ennui, un jour où il n'eut personne à se mettre sous la dent, notre démon s'intéressa à la belle Kandirah. Par la ruse, et là, cette ruse je ne saurais vous en révéler l'aspect, je ne sais absolument pas comment il a fait, faire le bien je sais vous l'expliquer, faire le mal, je ne comprend pas, notre diable s'installa donc à Kandirah.

     

    Oh ! il n'a pas l'air bien méchant. Non ! uniquement un être heureux de voir les autres malheureux, un bon petit diable qui vous fait un croche-pied pour de rire, pour rire de vous voir vous étaler de tout votre long, par exemple, un être si malicieux et coquin qu'il prit l'apparence d'un tout petit problème que le roi et la reine ne purent résoudre qu'avec une bonne et magnifique astuce (car ils étaient intelligents et savaient aisément tourner le mal par le bien, par leur façon de faire le bien) : le roi et la reine ne pouvaient avoir d'enfant, ils étaient les derniers représentants de leur royauté, mais Victor et Dolcia, pour l'harmonie de leur peuple qui réclamait un successeur, décidèrent d'adopter deux garçons, l'un blanc, l'autre noir, à l'orphelinat de Gribourg, capitale de Kandirah.

     

    Le peuple veut un roi, il a donc été décidé qu'il y aurait deux prétendants au trône et seule l'Oracle de la Montagne Verte révélera l'avenir de ces deux enfants royaux, la mystérieuse magicienne Mina saura, le jour où ils la consulteront, qui des deux sera le roi ?

     

    Pour le peuple se fût parfait : l'un des deux garçons deviendrait Monarque au moment de la retraite de Victor, l'autre occupera la fonction de Maître de Justice. La population de Kandirah étant à majorité blanche et noire, le choix était judicieux qu'un enfant représente chacune des deux couleurs.

     

    Ces petits faits, anodins et insignifiants allaient détruire Kandirah.

     

    Au moment où je commence mon récit, les deux princes viennent de fêter leur trentième anniversaire, frères d'adoption, frères de sang, frères de jeux, frères dans la joie et dans la tristesse ... leur trente ans furent fêtés comme si les deux princes étaient de vrais frères jumeaux, ils ne faisaient d'ailleurs pas attention à la différence de couleurs de peau, le noir et le blanc se marient parfois si bien.

     

    Une tradition dans le pays de Kandirah donne à chaque personne qui atteint sa trentième année la possibilité de consulter l'Oracle de la Montagne Verte, une magicienne qui vit seule, recluse dans sa maison et par son aide vous avez accès à votre avenir, vous pouvez ainsi par ses conseils arranger votre destin, votre vie selon la paix, le bonheur de Kandirah, la mystérieuse magicienne est l'âme et la sagesse de Kandirah.

     

    La grande question que tout le monde se posait maintenant c'était lequel des deux princes serait leur roi, lequel pourrait assurer la succession de leur père, car les deux princes n'avaient pas du tout le même caractère, l'un était vif comme l'éclair, l'autre prenait le temps de vivre, l'un était manuel, l'autre intellectuel, l'un savait vous construire tout de ses mains, l'autre raisonnait et philosophait à tout vent, il résonnait plus son intellect que sa raison. Seule l'Oracle pouvait départager les avis et rendre fin à l'angoissante question que tous depuis peu débattaient à en briser l'harmonie si légendaire de Kandirah la belle.

     

    Face à l'Oracle, les deux princes n'osaient pas se regarder, ils se sentaient soudainement étrangers l'un à l'autre, une parcelle d'animosité s'anima face à l'adversaire. Les deux complices d'antan, les deux frères de jadis étaient là se demandant qui serait le roi ? Deux ennemis s'opposaient l'un à l'autre pour une seule et unique fois alors que toute leur vie ne fût que complicité et complémentarité. Ils revoyaient leur jeunesse, ils étaient toujours à se partager mutuellement leurs faiblesses et leurs forces pour mieux gagner sur le destin, à deux on déplace des montagnes.

     

    Les frères allaient enfin savoir à l'instant qui deviendrait le roi.

     

    Mina annonça :

    "Vous serez tous les deux rois, l'un de vous sera roi pendant 5 années puis l'autre lui succédera après sa mort. Le roi sera ..."

     

    Mina ne put terminer sa phrase, elle mourut soudainement avant de révéler l'avenir des deux princes. Sa voix résonnait encore dans l'air, la question flottait dans le souffle de leur haleine saccadée, ils se regardèrent suspicieusement. L'idée que le premier allait mourir en laissant la place à l'autre les fît frémir de terreur, qui devait être le premier, qui allait donc mourir pour l'avenir de l'autre ? Ils avaient tout partager mais pas cette mort, pas la mort, non ils ne pouvaient pas partager la mort.

     

    Personne ne pourrait jamais leur donner la fin de l'oracle de Mina ... elle mourut sans descendance, elle s'était consacrée toute son existence à s'occuper des affaires des autres, à leur annoncer ce qu'ils seraient, ce qu'ils devaient faire, mais elle ne s'était jamais occupé d'elle, aucune famille, aucune fille pour reprendre sa place, ses oracles, sa magie, il n'y aura personne pour achever l'oracle. Elle n'avait jamais songé à avoir une famille et s'assurer une descendance, plus rien à s'offrir, la dernière magicienne du pays de Kandirah venait de mourir partant avec son secret, le lourd secret qui provoqua une guerre fratricide entre les deux princes. Chaos et Mal règnent désormais à Kandirah, chacun des habitants ayant choisi l'un des deux camps, lui jurant fidélité à la mort et maudissant la partie opposée, que de morts, que de guerres, que de mal pour éviter une seule mort.

     

     

     

    « J’Aime A Rever De ToiL'Objet Du Mystère »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    17
    Vendredi 22 Octobre à 15:54

    Bonjour Astérix,

    légende, légende... curieusement j'ai l'impression qu'elle se retrouve par-ci par-là dans notre société et dans notre monde : faute de "réponse" un éternel combat...

    (je suis en train de me dire que s'ils avaient eu la réponse, ça n'aurait peut-être pas été mieux ;)

    Joli texte, bravo à toi.

    PS : j'ai souri quand j'ai lu le titre parce que j'ai pensé  Kandirah t'on ?  (oups, je sors)

     

    16
    Mardi 19 Octobre à 11:55

    Une fable inquiétante mais je la ressens également comme une métaphore de la dualité de chacun, cette dualité qui emplit parfois nos esprits d'un chaos bien difficile à combattre.

    Merci ami Poète pour ce texte qui donne à réfléchir

    Je te souhaite une bonne journée.
    Bisous

    15
    Samedi 16 Octobre à 12:05

    Quelle imagination et quelle belle légende! Dommage que la fin soit si triste! Mais elle correspond malheureusement au comportement des humains!

    14
    Samedi 16 Octobre à 10:39

    Bonjour ......Encore merci Phil pour ta belle amitié , j'ai trouvé ta légende superbe et tout en verité ...Je reviens de courses et ce n'est pas une mince affaire , mais il faut y passer pour croûter .Il est vrai que des familles entiéres se déchirent et ce n'est pas logique du tout , mais on ne changera pas le monde si facilement que ça , il y a un sacré boulot sur la planche , bon il faut agir selon sa conscience et vivre du mieux que l'on peut .......Passe un beau samedi ........Bise....A++++++Soriane(Lili) 

    13
    Samedi 16 Octobre à 08:40

    Fable universelle très bien conduite !

    12
    Samedi 16 Octobre à 08:36

    Bonjour Phil ,merci pour cette légende de Kandirah j'ai bien aimé la lire , evidemment c'est toujours cette course au pouvoir , ce besoin de posséder qui apporte bien des malheur partout ... Changer les mentalités n'est pas chose aisée , méme dans certaines familles de paumés,  ils se bouffent le nez pour des broutilles , des trucs incroyables,    et   quand les parents meurent,  là faut les voir agir , ils se déchirent entre eux , méme pour des simples histoires afin de ne pas se partager  des casseroles , quel cirque dans les trucs d'héritages et dans ces coups là plus de liens de famille,  rien ne compte plus que la couleur des billets de banque , c'est tout bonnement affreux .....Bon j'arrête ça me ferais vomir ....Je te souhaite une belle journée ami Phil , ça commence a cailler dur le matin ,les gelées ne sont pas loin ....Bise ........A+++++Soriane(Lili)

    11
    Samedi 16 Octobre à 05:23

    Un beau texte Bien écrit. Bon w-k et bonne ballade, chez moi aussi soleil mais nuits bien fraiches.

    10
    Vendredi 15 Octobre à 19:29

    Un "conte" où les bonnes fées n'ont pas le dernier mot hélas ... et qu'il faudrait mettre en images, d'Epinal bien sûr !

    L'accès au "pouvoir" et ses dérives, voilà à quoi  et pourquoi deux frères en arrivent à s'opposer !
    Bon week-end lorrain Philippe et merci de tes gentils passages sur mon blog (bien délaissé lui, en ce moment) 

    Amitié.
    Léone

    9
    Vendredi 15 Octobre à 18:12

    Bonjour à toi

    Je m'arrête un instant visiter ton bel univers. Wow qu'elle belle histoire écrite admirablement ! J'ai adoré, C'est une très belle écriture passionnante ! Bravo

     

    Je te souhaite un agréable weekend

    Mes amitié

    Janedeau

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Vendredi 15 Octobre à 13:59

    bonne ballade a vélo 

    moi suis fait piqué mon sac a u 

    mais les gendarme l'on retrouvé manque rien car pas de liquide 

    une peur te dit pas  il mon pousser et partie en moto

    un monsieur a relevé et tel  gendarmerie 

    bisous a lundi

    7
    Vendredi 15 Octobre à 10:52

    Belle et triste légende que je ne connaissais pas. Merci Juste de nous la faire découvrir! smile

    6
    Vendredi 15 Octobre à 10:35

    Bonjour Philippe, une belle légende qui me rappelle quelque chose la société où nous vivons y ressemble un peu. Voila un changement de sujet qui fait  du bien. Bon week-end ensoleillé.

    5
    Vendredi 15 Octobre à 10:15

    Bonjour Phil

    Une légende j'adore

    Mais la fin est triste, Kandirah t-on ?

    Bon week-end et gros bisous

    Elyci

    4
    Vendredi 15 Octobre à 09:23

    Bonjour cher Philippe,

    Ah une légende, ça change un peu ! J'aime bien les légendes et celle qui tu as écris aussi. La fin est triste mais les fins ne sont pas toujours joyeuses... Merci pour ce texte intéressant.

    Encore une journée avec du soleil tant mieux, froid le matin, 17 degrés l'après-midi.

    Demain je vais en ville avec ma mère. Dimanche on verra si on sort Fernand et moi.

    Passes une bonne journée et un agréable week-end ami poète

    Gros bisous

    Florence

    3
    Vendredi 15 Octobre à 09:15

    Salut Philippe,

    Tiens un post qui change un peu, c'est bien en tous cas cette légende que je ne connaissais pas.

    Je la lirai plus attentivement ce WE.

    Bon vendredi sous le soleil et cela devrait être de même ce WE.

    Amitié. Jean

    2
    Vendredi 15 Octobre à 07:58

    bonjour 

     quelle légende ...

     la fin est malheureuse , cette  prêtresse est partie  sans descendance 

    et le pays  mal dirigé , deviendra  chaos ..

     merci pour cette légende  .

     

     bonne journée  Philippe 

     

    1
    Vendredi 15 Octobre à 07:35

    Bonjour Phil , et bien ça c'est génial comme article simplement il faut que je prenne un bon café pour aprés pouvoir étre bien attentive pour  cette jolie légende car il faut que déja je me reveille( rire )  .......Pour ton ami Mr "Hatsushio " il a pleinement raison la fabrication des tours a résolue bien des blémes pour nos PC , un jour je pourrais peut étre lui mettre un message .....Je vais aujourd'hui déja aller faire des courses et ensuite je repasserais lire mes gentils amis et amies ....Merci pour tes coms sympas , je repasse dés que j'ai bien  lu ta légende .....A tout a l'heure ami ....A+++++Soriane(Lili)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :