•  





    Je voudrais entendre cette symphonie d'automne
    Que j'ai écouté un soir de septembre, il y a de longues années
    Quand mon enfance était à la fois fabuleuse et monotone
    Quand petit j'avais l'insouciance des enfants en leur monde de fées

    Je voudrais retrouver cette ambiance de la saison
    Qu'un soir de septembre m'a offert dans le salon
    Quand mon enfance donnait à la tendre et joyeuse musique
    Le rêve et la fantaisie d'un gosse en plein ouvrage symphonique



     

     

     


  •  

     




    O soleil ! Mais où es tu passé ?
    Dis-moi quelle intempérie éclipse ta présence
    Un clair et agréable temps est bien parti

    Éphémères nuages pour une petite accalmie
    Enchaînement d'averses en nos régions de France
    L'espoir de voir le beau temps s'en est allé




     

     



  •  

     

    Devant le seuil de ma belle maison
    Je regarde mon billet de train
    Celui qui ne sert à rien
    Car le droit de retrait est en action

    Devant le quai de la gare
    Je ne vois pas passer les locomotives
    J’ai pour ces jours une seule perspective
    Je serai à quai, hagard

     

     

     

     



  •  

    En moi un volcan s’embrase
    En ces journées de fraicheur et d’averses il explose
    Cendres bouillonnantes sur mon cœur s’exposent
    Mon âme esquisse sur les jours frais sa fougueuse surface

    C’est en moi que demeure l’estivale saison
    Mon corps reste ardent et demeure en lui le flamboyant
    Etat de volupté des beaux jours que l’on veut permanent
    Automne et Hiver froids s’annoncent et je garde chaleureusement ma raison

     

     

     







  • Comment ça va ?
    Toi qui es là-bas
    Comment te portes-tu ?
    Toi qui es loin de ma rue
    Comment est ta vie ?
    Ailleurs de ma galaxie

    Comment fais-tu chaque jour ?
    Pour trouver un peu d’aide, d’amour
    Comment fais-tu pour exister ?
    Quand je ne vois pas ce que tu fais
    Comment vas-tu vivre ?
    Si tu ne peux pas être libre

     

     

     


  •  





    Rentrez dans vos maisons
    Soyez vigilant car il arrive le danger
    Le drame survient là où personne ne l'attend
    C'est une série d'événements macabres

    Inutile de tergiverser en nombreuses palabres
    Plus rien n'a d'importance, il vous faut en être conscient
    Pour suivre, vivre des périls et toujours continuer
    Les Feux de l'Amour vous enflammeront



     

     


  •  

     

     

     

    Ce jour j’ai l’âme bohème et bucolique
    D’anniversaire, cette journée est ma fête
    Adorable évasion, distraction hors de la vie quotidienne
    Échappée d'automne aux saveurs souveraines
    De la rigueur de fades habitudes je garde en ma tête
    Les rêves qui s’assemblent et créent un univers sympathique


     

     

     

     


  •  

     

     

    Oublier l’ennui et se mettre loin de la tristesse
    S'éveiller avec le soleil au cœur et déjà se sentir de joie
    Comme l’âme n'est point en détresse
    Faire une marche, s’activer de bons pas
    Ni larmes, ni regrets la journée est si belle
    La terre et la nature appellent
    Ne plus voir ce qui fait mal, écarter les soucis
    Se plonger dans une douce flânerie

     

     

     

     

     


  •  

     

     

    Là installé, absorbant une paix bienvenue et salutaire
    Je sens les énergies qui ondulent et basculent sur ce coin de ma terre
    De longues et suaves ondes des cieux
    Me parviennent et m’endorment en ce paradis silencieux

    Quelle tranquillité balbutie dans ma cour
    Quelle volupté s’élève dans mon jardin en ce jour
    Une harmonie étrange au rythme long
    Que le décor sublime d’ambiances, d’émois et de sons

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique