•  

     

     

    Je suis dans la pénombre et seul mon cœur en émoi
    Les bruits de la terre durant la nuit perçoit
    Le silence, je m'éveille et sens une tiédeur sous mes draps
    C'est ta chaleur que je saisis là tout contre moi
    Je rêve ou la réalité me donne le feu de ta présence
    O mon aimée ! De mon fol amour, tu es la chance !
    Tu es la paix, tu protèges tout en toi
    D'une sagesse pour chaque jour qu'un soleil inonde ta foi
    Tu m'arroses d'amour, de bonté, j'absorbe tout et chante
    Quand tout s'endort et s'achève avec la nuit calmante
    Quand les lumières portent un paradis artificiel, le silence vient
    Aucune voix ne se fait entendre dans ce crépuscule urbain
    Que m'importe si je ne suis qu'avec toi à mes côtés
    Que m'importe si ton amour est toujours pour moi dédié

    Si du crépuscule tout doit s'en aller et se briser
    Je ne conserverai que les merveilleuses heures exprimées
    Dans l'océan de mes souvenirs amers mais si consolants
    Je plongerai souvent pensant à cet amour qui se faisait pour moi à chaque instant
    Je pourrai en rire, je chanterai et m'apaiserai, car un nouvel enfant renaîtra en moi
    Par cette ardeur que j'ai eu et j'aurai en me rappelant toi

    La quête de cet amour m'apporte un nouvel espoir
    Quand mon cœur pleure d'avoir a chercher le Paradis
    Il m'arrive un doux message pour m'y diriger et m'y recevoir
    De la jeunesse de ce bel amour un incertain trajet s'annonce pourtant ici
    Je festoie donc ce vif sentiment a travers les rires
    Avec quelques fleurs du jardin comme de singulières pensées
    Je conçois que la Mort viendra nous séparer nous faire pleurer de son ombreuse fatalité
    Cette mort sombre auquel chacun devra s'asservir
    Et fièrement on ne pense qu'à vivre l'instant de gaieté de joie
    Je te savoure ma bien-aimée tant que nous sommes réunis sans cette fatale Loi
    De toute nouvelle connaissance qui s'approche
    On veut futilement, pauvre enfant, que cela dure l'éternité
    Tout garder a soi pour de longues années
    On ne pressent pas que paraîtra une inéluctable anicroche

    Tous en quête d'immortalité
    Depuis la perte du Paradis
    On doit savoir partir vers l'ailleurs
    D'un amour qui sera et vivra de bonheur
    Je garde le peu d'aimer enfoui en mon esprit
    Ce bref plaisir tant qu'il se pourra

    Je suis dans la pénombre et seul mon cœur en émoi
    Les bruits de la terre durant la nuit perçoit
    Le silence, je m'éveille et sens une tiédeur sous mes draps
    C'est ta chaleur que je saisis là tout contre moi
    O mon cœur donne moi pour toujours et là des nuits
    Où je serai encore si prés de ta vie
    Tu me donnes la paix, tu possèdes l'art du bien en toi
    Tu apportes avec tous tes atours une certaine foi
    Que tu sèmes d'amour, de bonté, je cultive ce tout et te chante
    Quand tout s'endort et s'achève avec la nuit calmante
    Quand les lumières portent un paradis artificiel, le silence vient
    Aucune voix ne se fait entendre dans ce crépuscule urbain
    Que m'importe si je ne suis qu'avec toi à mes côtés
    Que m'importe si ton amour est toujours pour moi dédié

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

    Mon cœur tu tombes malade, tu te mets en hiver il me semble
    Mon cœur tu changes en quelques heures
    Tu deviens fragile, méfiant, rempli de peurs
    Mais mon cœur je ne veux plus que tu trembles

    Tu te caches derrière une immense et glaciale façade
    C'est que tu as attrapé un drôle de coup de froid, mon ami
    Un amour qui n'est pas partagé tu as connu, sans bouée de survie
    Mon cœur tu as compris que ce n’était qu'une passade

    En échange de cet amour, mon cœur tu n’as rien eu, tu t’es vidé
    Depuis mon cœur tu as peur d'aimer à nouveau
    Te noyant dans tes pleurs souvent comme coulent les bateaux
    Heureusement que mon cœur tu as appris à nager

    Si tu te bats contre les vagues c'est que tu ne veux pas sombrer
    Dans cette tourmente tu t’es finalement échoué sur une plage
    Ce même jour où de son côté elle partait vers un beau voyage
    Mon cœur tu l’as vue et tu as pu de nouveau espérer et respirer

    Tu n’étais pas en train de mourir, comme je le croyais
    Irrésistiblement dès lors tu t’es remis
    Quand devant moi, cette fille s’est avancée et qu’elle m’a souri
    Me redonnant un sens amoureux, mon cœur guéri tu es satisfait

    Tu t’es offert alors un jardin de milliers de fleurs colorées
    Tu t’es promené dans les chemins aux gracieuses plantes
    Mon cœur tu as décidé de te soigner et d’affronter la vie turbulente
    Tout recommence par cet amour naissant bien arrivé

    Mon cœur je sais que tu as besoin de temps pour aimer cette présence
    Il faudra encore avec moi avoir un peu de patience
    Mon cœur si tu bois ce bon remède, cette magique potion
    Laisse-moi te guérir et te remplir de cette passion

    Mon cœur la fièvre te chauffe comme le soleil d’été, il me semble
    Mon cœur tu changes en quelques heures
    Tu deviens fort, optimiste et vainqueur
    Mon cœur je ne vois plus que tu trembles


     

     


    15 commentaires
  •  

     





    Est-ce vraiment l'heure ? Dois-je déjà quitter ce lieu de notre amoureuse récréation ?
    Un lieu devenu magique par le charme que tu y dégages si triomphale.
    Maintenant il faut vite se donner le dernier baiser
    Une longue route m'attend, j'en garderai donc en chemin ton sourire malicieux

    Oh ! Que je m'en souvienne à tous mes jours d'affliction
    Ton corps si caressant me durera à l'esprit à chaque escale.
    Même si ces rappels de ta sensualité feront me troubler
    Il me faut l'abandonner pour mieux revenir en ce lieu

    Crois-tu qu'il y aurait une ville proche de toi ?
    Un point même abrupt à y demeurer parfois
    Au plus profond des terrains sur cette planète
    Qui nous permettrait de séjourner seuls en tête-à-tête

    Maintenant il faut vite se donner le dernier baiser
    Une longue route m'attend, je garde en chemin tes contours adorés
    Chacun attendant l'autre sur le lieu de nos amours dans l'angoisse du retour
    On se prouvera dès notre apparition l'entrain de ce doux, neuf amour

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  




    N'importe quand
    N'importe où
    Notre Amour vaincra le temps
    Notre Amour vaincra tout

    N'importe quand
    N'importe où
    Peut être nous serons vus comme des fous
    De nous sentir si forts et bien puissants

    Notre vie fait tant de jaloux
    Notre amour fait bien des envieux
    Rien à faire face à ces miséreux
    Qui dans leur cœur n'ont qu'un caillou

    N'importe qui
    N'importe quoi
    De notre Amour ne détruira la joie
    De notre Amour n'éveillera aucun cri

    N'importe qui
    N'importe quoi
    Peut être nous serons vus comme des nantis
    De nous sentir ainsi de bons rois

    Notre vie provoque tant de mesquins
    Notre amour contrarie bien des méchants
    Rien à faire face à eux, demain
    Qu'installer la bonté en nos cœurs d'amants

     

     

     

     


    11 commentaires




  • Il te faudra bien de l'audace
    Chère amie pour trouver en ce lieu
    Ce qui se cache au plus profond de moi
    Et que, par un aspect si froid, je dissimule toujours

    Si tu ouvres mon cœur, enfin sous ma carapace
    Tant de ces douceurs il y aura, c'est là mon plus bel enjeu
    D’effets enchanteurs je te donnerai l'émoi
    Tu t'empoisonneras peu à peu de moi chaque jour

    Il te faudra bien suivre le jeu
    Chère amie pour troubler l’être solitaire
    Qui attend de se révéler ton bel amant
    Et que, par le plaisir brûlant, tu enflammeras

    J'enfouirai en toi un venin délicieux
    Qui te fera m'aimer aujourd’hui encore mieux qu'hier
    Tu devineras dans mes attraits séduisants
    Que ta substance à mes désirs fondera

    Il te faudra m’enjôler mieux encore
    Chère amie pour espérer enfin me détacher
    De ce qui me donne la vision d’un certain amour
    Et que, par ma froide apparence je garde en moi

    Etre de magie qui n'est pourtant point Dieu en mon corps
    Je t'apporterai passion et vie dans nos chairs entremêlées
    J’arriverai à apprivoiser nos désirs et enfin réaliser l’amour
    Tel le héros d’une légende racontée d’autrefois

     

     

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique