•  
    Le monde dévore, mange, le monde étouffe
    La nourriture céleste est d'aimer autrui
    La vie terrestre est de s'empiffrer sans souci

    Si certains avalent quand l'autre ne peut pas
    Si certains s'alimentent de ce qui bien lui va
    De ce paysage le combat est de bouffe

    Je te boufferais
    De la tête aux pieds
    Je te boufferais
    Si je le pouvais

    Je te boufferais
    Entièrement la chair
    Je te boufferais
    Si je le savais faire

    De la tête aux pieds
    Ce succulent repas
    Serait pour moi

    De la tête aux pieds
    Je prendrais
    Toute ton humanité

    Je te boufferais
    Par petits morceaux
    Je te boufferais
    Et je ne lâcherais pas ce lot

    Je te boufferais
    Selon mes gouts culinaires
    Je te boufferais
    Peut-être aussi ton père ta mère 

    Par petits morceaux
    De ta tête d'imbécile
    Je déjeunerais et j'en jubile

    Par petits morceaux
    De ton corps si doux
    Je ferais un ragout

    Par petits morceaux
    Tes jambes et bras
    Feraient un excellent encas

    Par petits morceaux
    Tes légers pieds
    Je dégusterais en souper

    Mais moi je ne suis pas cannibale
    Je ne souhaite pas faire de mal
    Je suis un sensible humain
    Qui ne veut pas participer à ce festin

    Mais moi je ne suis pas cannibale
    Je suis un être gentil et jovial
    Qui se dégoute de tant de saveurs
    Quand tout se croque en malheur

    Mais moi je ne suis pas cannibale
    Je savoure tranquille ma vie bien banale
    Ce rêve de buffet n'est qu'une vive imagination
    Que vienne prochaine bonne pitance aux populations

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     



    Le Mekko est une bien étrange créature
    C'est un animal expert politique
    Qui un jour vous dira cela
    Et le lendemain le contraire annoncera
    Il a une grande gueule tonique
    Mais peu d'action, il fuit l'aventure

    Il séduit sa populace
    Il réduit sa carapace
    Il se fait petit comme "De Funes"
    Devant les grands administrateurs
    Devant les grands faiseurs
    Il va et s'abaisse

    Si tu as le malheur d'être un gueux
    Pour toi il n'aura d'yeux
    Mais il saura bien t'invectiver
    Tous les maux de la terre
    C'est toi qui les portes et te taire
    Tu dois pour qu'il puisse t'enguirlander

    Il est toujours en retard, jamais à temps
    Dans ses actes, ses marches, ses élans
    Il fait toujours les choses après
    Et il va même saccager tout
    Faire du n'importe quoi au bout
    Et chacun se fâche des effets

    Le Mekko est un bien étrange personnage
    D'une grande capacité pour rien
    Un jour il vous dit que c'est comme ça
    Le lendemain c'est le contraire qu'il exposera
    Peu d'action forte, cet être inégal est un tel comédien
    Un mec haut si habile en papotage
     




     

     


    12 commentaires
  •  




    Leur magie opère doucement sur chacun en ce qu'il ressent
    Désormais esclave inactif d'une force absolue qui s'emporte
    Personne ne peut échapper à sa loi, son sortilège important
    Il faut chacun suivre et se soumettre à ce qui, là, porte

    De ces modernes temps plein de mystères tu deviens chevalier fort et preux
    Mais tu te dois de plier et d'entrer pauvre désœuvré au royaume élogieux
    Ici, des mages, des sorciers, des enchanteurs viendront t'émerveiller
    Te sauver de ta lente perdition pour vers leur bon chemin t'envoyer

    Laisse tes illusions d'imparfaite créature et vois à présent
    Tout est ordonné dans la guilde des forts et braves experts
    Faut-il donc avancer loin des troubles en froid guerrier éclair
    Face aux ablutions et salamalecs d'un chaud mage croissant ?

     

     

     


    11 commentaires
  •  



    Un Fantôme vient semer la peur
    Parmi les habitants de cette demeure
    Il intervient en s'asseyant dans chaque pièce de la maison
    Il fait le siège partout et s'impose à sa proche population
    Un rituel journalier a dû enfin être édifié
    Pour savoir si sa majesté spectre était dérangée
    Où que vous soyez il faut interroger le fâcheux génie
    Ici, L'Ami, Est-Ce Pris ?

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     


    Je tourne en rond
    Sur mon chemin si long
    Je ne peux aller au parc, au jardin
    C'est interdit d'entrer en ces terrains

    Je tourne en rond
    Ma zone est dangereuse et néfaste
    En ville je fais les cent pas
    Je passe et repasse au même endroit
    Je vois les grilles toujours closes de mon parc si vaste
    Et de rage je me morfonds

    Je tourne en rond
    Sur mon chemin de raison
    Je ne peux me balader, m'asseoir joyeusement
    Au parc de ma ville en ce moment

    Je ne tourne plus en rond
    Dans cette forêt où j'ai pu me rendre
    Je redécouvre la nature que j'aime tant
    Je peux enfin respirer sans mal circulant
    J'ai dû pour cela ma voiture prendre
    M'éloigner de ma cité de béton

    Je tourne en rond
    Cela persiste pour de bon
    Je veux aller me balader
    Je veux aller m'aérer

    Je tourne en rond
    Dans cette France partagée
    Dans ce pays où rien n'a été fait correctement
    Pour bien affronter ce drame viral augmentant
    Mais pour mieux régner il faut diviser
    Il faut séparer et abrutir les populations

    Je tourne en con
    Je deviens l'idiot de la saison
    Je ne vis plus un ordinaire quotidien
    Avec ces contrôles qui ne sont pas les miens

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     




    Tu as vécu à l'ombre d'idiots de palace
    Tu avais qui à l'ombre de ta paroisse

    Il fallait séduire les jolies demoiselles
    Religieusement s'offrir le goupillon
    Tu as succombé à la tentation
    L'aventure était si belle

    Tu as vécu à l'ombre d'un stupide écart
    Tu avais qui à l'ombre de ton étendard

    Il fallait prouver ta piété 
    Cultiver l'objet céleste
    Ce qui d'amour devient un beau geste
    Fut le pire droit que tu te permettais

    Tu as vécu à l'ombre d'un état de grâce
    Tu avais qui à l'ombre de ton audace

    Il te fallait en maitre de cérémonie
    Diriger le diocèse comme si tu y étais roi
    Mais n'est pas majesté qui veut, passe ta joie
    De ta noblesse se moque encore la bouffonnerie




     

     

     

     


    9 commentaires
  •  

     






    Alléluia
    Il est là le Sauveur
    Alléluia
    Il fait de tous le Bonheur
    Thaumaturge 2017 est arrivé
    Il vient enfin nous sauver

    Le grand guérisseur, l'élu dirigeant 2017
    Fait des séances de guérissons collectives
    Au palais royal comme au temps des rois beaux et honnêtes
    Il vient toucher les écrouelles et sauver les âmes naïves

    Alléluia
    Il est là le Grand Homme
    Alléluia
    Il fait à tous un don énorme
    Thaumaturge 2017, le plus fort des parangons
    Offre ici et là toutes les splendeurs de son incantation

    Pas besoin d'aller à Lourdes, la ville aux miracles
    Il suffit de se diriger pour Paris, lieu symbole en quêtes
    Au palais royal il officie, un grand Guignol va montrer le spectacle
    En plein la Capitale il faut honorer le divin épithète

    Alléluia
    Il est là notre omnipotent dirigeant
    Alléluia
    Honneur et Gloire de son temps
    Thaumaturge 2017 daigne te voir
    Te sauver tout de ce désespoir


     

     

     

     

     


    9 commentaires
  •  

     

     




    Je viens ce jour parler
    De notre grand ami sinistre
    Monsieur Premier d'une belle allure ministre
    Laisse de sa barbe la blancheur apparaitre sur ses noirs poils
    Cela contraste tant avec le restant obscur de sa pilosité locale
    Quelle l'idée de se laisser ainsi aller ?

    A le voir aux médias, à la télévision
    Quand il vient expliquer ce qui se passe
    De ses discours et points de vue
    Les quelques taches de blanc sur du noir je vois du barbu
     Cela ne fait pas propre, cela fait bien dégueulasse
    Pour un grand de l’État face à sa petite population
     



     

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique