•  





    Errance De Web, Choc, Choc, Choc
    Errance De Web, Déchets, Déchets, Déchets
    Errance De Web, Ennuis, Ennuis, Ennuis
    Errance De Web, Soucis, Soucis, Soucis
    Errance De Web, Données, Données, Données
    Errance De Web, Bloque, Bloque, Bloque

    Une idée traîne, trotte, galope dans ma tête d’idiot
    La déchéance de nos vies se pointe si vite
    Les détails sordides se glissent à notre insu, incontrôlables
    On vous l'assure l’administration gère les citoyens loyaux et aimables
    Si le temps est perdu dans des braves démarches écrites
    Ce temps est gagné sur internet, il faut se connecter et pianoter vos maux

    Faire des lois, des faits, des écrits, des bavardages qui en toute cette toile ronronnent
    Faire avec nos errements d’internet d'heures en heures
    Travailleurs forcés de tout faire soi-même pour le repos d’autres esprits citoyens 
    Se montrer responsable et devenir esclave du web pour le bien et la protection des siens
    Mais oublier qu'un quidam ne comprend pas toutes leurs hâtives valeurs
    Les hautes gentes qui décident et s'activent, s'agitent sans guérir ceux qu'ils abandonnent

    Errance De Web, Fureter, Fureter, Fureter
    Errance De Web, Faux, Faux, Faux
    Errance De Web, Détail, Détail, Détail
    Errance De Web, Pagaille, Pagaille, Pagaille
    Errance De Web, Info, Info, Info
    Errance De Web, Fermer, Fermer, Fermer

     

     

     


  •  
     



    Il vaut mieux en rire qu'en pleurer
    Cette semaine mon rêve en vidéo a été brisé
    La plateforme vidéo RUTUBE m'a frappé
    Mes vidéos ont été supprimées en une journée


    Disparus plus de 700 titres que j'avais fabriqués, installés
    Ma chaine inutile maintenant reste encore un peu mais
    Disparaitra prochainement de leur site que vite j'oublierai
    En effet, la suppression de mon compte j'ai enclenché


    Cette petite aventure dans la partie "poèmes d'humour" je mets
    Je me moque, j'en ris en disant adieu, ils ne veulent plus de mes variétés
    A présent, chers amis, en "Page De Bienvenue" je vous proposerai
    Avec les fichiers audio d'EKLA quelques unes de mes variétés à apprécier

     

     

     

     


  •  



    Installée dans la chambre Turquoise du Grand Hôtel De Paris
    Il parait qu'elle s'y rend gaiement chaque fin de semaine
    La gloire l'attend des heures durant par ses fidèles admirateurs
    De sa profonde force, elle se fait à l'exercice et entame alors les critiques
    Elle donne de sa superbe, et des discours sans soucis
    Elle sait qu'on approuvera toute discussion qu'elle amène
    Dans le monde des hauts débits, elle est Reine à toute heure
    Elle siège et dirige, personne n'a le droit de contredire ses piques



    Le monde magique d'internet roule par elle sur toutes les routes
    Elle vient, elle va, elle s'emballe, se déballe, et eux, ils plient sans arrêt
    Les Fans sont à la volonté de cette Miss Fouineuse embarqués
    Ils doivent s'y immerger, sans rugir la laisser délirer coûte que coûte
    Qu'est donc cet internet joyeux état d'âme pour Rumba Cha Cha, notre miss
    J'entre en son antre, bien décidé d'y voir son journal et d'examiner ses écrits
    Rien n'attire l'œil, des couleurs aux articles tenus tout est si terne, fortement gris
    Tout donne envie d'aller parler aux marguerites sur le chemin d'Alice
    Rumba Cha Cha, généreuse innocente vous offre son exquis dessert
    Rumba Cha Cha, perdure dans son immense éclat pour ses amoureux
    Rumba Cha Cha, donne, prend, exige, oblige, offre, soumet ses dires, pieux vœux
    Rumba Cha Cha, je crois que mon poème ridicule trop pour elle dédié s'y perd



    Rumba Cha Cha prône sa suffisance d'un certain bon Goût, de sa Moralité
    Elle donne là d'analyses acerbes par petites saccades vers ses amis
    Cela fait mouche, mais des autres, déjà loin, je ne dirai pas ce que prélude son avis
    Un Lapin courant son temps rattraper, un Chat souriant qui disparait en forêt
    M'amusent mieux que ses demandes et suites intégrales
    Au Pays des Merveilles je vais rejoindre mes amis qui en ligne droite m'attirent
    Adieu Rumba Cha Cha, de ton bain de siège je te laisse l'Empire
    Adieu Rumba Cha Cha, de ton festival de mots, d'invectives je te salue mal
    La bande s'actionne, elle lâchera trop peu son jouet
    Le fait est là, elle a ses preux chevaliers prêt à satisfaire leur Dame de Bien
    Ils joutent et touchent en son nom les iconoclastes et nombreux païens
    Qui osent défier la brave Inquisitrice et ne veulent s'y plier



    Rumba Cha Cha loupera souvent l'affection pour un petit coup
    De Plume qu'elle se fait préoccupation omnipotente
    Se divertir d'écrit à en perdre ses années de grâce puissantes
    Elle ne fait pas l'amour mais se damne d'une bonne écriture surtout
    Quels Preux Chevaliers lui offriront leur nouveau Graal ?
    Pour que de ses prières et dévotions les soulager elle puisse convenir
    Rumba Cha Cha, de ton bain de siège je te laisse l'Empire
    Rumba Cha Cha, de ton festival de mots, d'invectives je te salue mal
    Rumba Cha Cha, généreuse innocente vous sert bon chaque écrit
    Rumba Cha Cha, de son immense éclat vous prend l'âme, jolis amants
    Rumba Cha Cha, donne, prend, exige, oblige, offre ses dires qu'elle porte au vent
    Rumba Cha Cha, je crois que mon poème ridicule trop pour elle dédié se sent pris



    Installée dans la chambre Turquoise du Grand Hôtel De Paris
    Il parait qu'elle s'y rend gaiement chaque fin de semaine
    La gloire l'attend des heures durant par ses fidèles admirateurs
    De sa profonde force, elle se fait à l'exercice et entame alors les critiques
    Elle donne de sa superbe, et des discours sans soucis
    Elle sait qu'on approuvera toute discussion qu'elle amène
    Dans le monde des hauts débits, elle est Reine à toute heure
    Elle siège et dirige, personne n'a le droit de contredire ses piques

     

     

     


  •  

     

    Quel vendredi treize ai-je vécu ?
    Je ne m'en remets point encore de ce qu'il m'est advenu
    Tout a basculé dans l'horreur d'un jour néfaste de soucis
    M'en suis-je donc bien sorti ? 

    Tout avait commencé dans un calme apparent
    Le soleil m'apportait son rayon printanier dans tout l'appartement
    Par la fenêtre ouverte cela me chauffait déjà des heures
    Ah ! le doux éclat des jours de repos qui font mon bonheur

    Je grasse mâtine pour apprécier
    Tout de cette sérénité que je mérite
    Je m'estime le droit de me l'approprier
    Il me faut un peu rêver et espérer une bonne suite

    Mince n'as-tu donc pas quelque repassage a faire ?
    Des ménagères taches qui de jour en jour s'ajoutent
    Ne désespère point voilà une journée pour toi entière
    Enfin pour t'occuper au ménage coûte que coûte

    Boum ......le fer que tu viens de brancher
    A rendu l'âme il a fait sauter toute la maisonnée
    Les plombs sautent et ta tête explose
    Toute électricité vient de se couper en osmose

    Tu rebranches le compteur disjoncté
    Et tu dois aller acheter un nouvel appareil
    Changer ce fer trop dépassé qui ne fait plus merveille
    Ce lâche est a jeter puisqu'il ne veut plus fonctionner

    Là le drame se complète dans ce feuilleton
    Ce drame épisodique qui te bloque dans tes évolutions
    Tu chutes dans la poubelle en voulant ce maudit fer jeter
    Sur le sol avec le fer dans la figure tu es cassé, blessé

    Dans un malheur parfois heureusement du bonheur
    Un ami qui ne devait pas venir te voir à cette heure
    Puisque tu voulais tranquille faire ton ménage
    Se pointe quand même et te sauvera de la tragédie qui se dégage

    Glorifions les amis qui viennent sans être invités
    Parfois cela déplaît et met en rage de les avoir sur les bras
    Mais si tu as des ennuis les vrais amis ne se détourneront pas
    Ils seront présents même un vendredi 13 en venant se sacrifier

     

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique