•  

     




    Recherchant un espace où je dois vivre
    Alors qu'ivre de vie je veux être libre
    Je m'effacerai un jour doucement
    S'il y a trop de monde contre moi
    Par pitié ne m'enfermez pas
    Je suis claustrophobe dans ce monde délirant

    En place je pressens une menace
    De quatre murs qui peu à peu se serrent
    Ils sont oppressants et dans cet univers
    Clos où je ne peux m'en sortir quoique je fasse
    Jure-moi ici ne m'enferme pas
    Je suis claustrophobe depuis que je suis là

    Il faut tomber sept fois, dit-on
    D’un proverbe du Japon
     
    Mais moi qui tel le chat me lève et relève toujours
    Jamais de vos prisons sortir une fois je pourrai
    Abandonné de ma vie je ferai bonne figure à l'envoyé
    Je me prosternerai sachant où mon éternité sera un jour

    Je veux un espace où je saurai vivre
    Ivre de vie je cours loin où je peux être libre
    Je m'effacerai un jour doucement
    S'il y a l’univers contre moi
    Par pitié ne m'attachez pas
    Je veux me déchainer dans ce monde extravagant


     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     


    Je ne sais pas ce qu'il y a
    Mais je sens que mon monde s'en va
    Il y a toujours un déclic
    Qui m'apporte tant de claques
    Il y a toujours une clique
    Pour m'en porter dans le sac

    Il y a des jours où l'on ferait
    Mieux d'aller à la pêche
    Ou en balade dans la nature
    Il y a des jours où mon humeur briserait
    Le miroir des alouettes quand on m'ébrèche
    Envie de me coucher si j'exècre encore ces blessures

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     

     

    Si mes poèmes parfois donnent de la joie
    En ces quelques moments pour vous en ces lectures
    Ce petit espace de temps jamais longtemps ne dure
    Une fois lu, tout s'efface et plus rien de moi.

    Si on me considère comme bête ou être doué
    Je ne trouve moi-même aucun vocable pour me nommer ici
    On me dit poétique génie ou piètre et si mauvais
    Qu'un grain de poussière mais je suis comme vous tout petit


    Ce que j'écris pour un moment on l'aime, on le déteste
    Je n'ai pas souvent entendu un sincère "je t'aime" qui s'élève
    Je poétise pour un semblant de bonheur atteindre même le plus modeste.
    Triste âme, je reste las d'un amour tel que j'en rêve.

     

    Si je pouvais me faire aimer de cette ardeur bienfaisante
    Que pour toujours je puisse enfin être dans un conte de fées
    Si je pouvais rencontrer cet amour puissant parmi les aimés
    Je pourrai mourir heureux, apaisé de cette passion nourrissante

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     

     




    Alarme, tambour, bataille ou tonnerre
    Quels sont ces bruits qui prés de nous résonnent
    On n'entend plus que ces timbres qui claironnent
    Tout s'affole vers nous, tout craque les nerfs
    Nulle légère note de musique symphonique
    Un dissonant signal qui s'intensifie et panique

    Alarme, tambour, bataille ou tonnerre
    Quels sont ces échos retentissant à nos oreilles
    Toutes ces nuisances troublent nos braves sommeils
    Toute cette agression circule pleinement dans l'air
    Nul léger cri d'un quelconque animal
    Une confuse clameur, une joute verbale

    Alarme, tambour, bataille ou tonnerre
    Quels sont ces bruyants souffles qui s'imposent
    Nous imprègnent de leur lente et forte hausse
    Disparaissent soudain comme enfouis sous terre
    Nul léger bruissement de feuilles en verte forêt
    Ce n'est que la rumeur d'une populace avide de caquets

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     



    Voici que se présente ma cause secrète
    Ce prestige divin offert à moi, le poète
    Mes écrits se couchent tendres, moqueurs, doux et parfois cruels
    Poèmes des temps froids ou chauds selon ce qui m'appelle

    L'inspiration vient-elle des cieux, où quelque puissant génie
    Sur des sphères astrales me verse un poétique esprit ?
    Mon âme exulte et se fait jour tout en douceur et harmonie
    Je sens se lever des lumières qui en textes donnent ma fantaisie

    Éternels chants d'un troubadour qui s'offre illusion et chimère
    Je ne suis que poésie, et de mon inspiration, ce fantôme éphémère,
    Ma mélodie se construit de mots piquants ou savoureux
    Loin du monde en mon petit univers sage et mystérieux

    Me voilà revenu de ces journées délires ou de ces nuits inspirées
    Où mon esprit divague et engendre les plus beaux livrets
    Brave créateur un vent de génie souffle et entraîne ta folie
    Joue de tes mots pour l'humanité montrer la tragédie, la comédie



     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     



    Envoyons des fleurs, les plus belles des fleurs
    A tous les infirmiers, les infirmières et les médecins
    Offrons leurs des fleurs cueillies en nos cœurs
    Ils le méritent bien plus que certains

    Ils soignent des heures et des heures
    Sans distinction de race, de couleurs
     En cette période de drame mondial
    Bravo à la médecine contre l'épidémie virale

    Ils livrent le meilleur d'eux
    Pour soigner chacun de nous
    Ils se sacrifient un temps fou
    Pour guérir et sauver au mieux

    Envoyons des fleurs, les plus belles des fleurs
    A tous les infirmiers, les infirmières et les médecins
    Offrons leurs quelques fleurs, demain sera du bonheur
    Bravo à leur bonne assistance, leurs bons soins






     


    11 commentaires
  •  

     



    Que c'est beau d'aimer son prochain et d'aider
    Vers l'autre aller et ce, n'importe où sur terre
    Que c'est beau d'aimer, tout est là
    Il suffit qu'une seule âme montre le bon chemin
    Que nous puissions marcher avec

    Que c'est beau d'aimer, il faut le chanter
    Un refrain qui résonne fort, plus fort, et encore plus fort
    Si c'est bon, cet amour est mieux partagé alors
    Un air puissant qui va vers chacun s'enchanter 

    Personne ne peut connaitre les destinées
    Personne ne peut savoir ce qui va souffler dans l'air
    La vie bouge et suivre son cours c'est déjà ça
    D'une petite parcelle d'amour on ouvre les mains
    Et le cœur s'offre pour vaincre l'échec

    Que c'est beau d'aimer, il faut le chanter
    Un refrain qui fait effet, plus d'effet, encore plus d'effet
    Si c'est bon, un chant de partage honnête
    Un air enivrant tournera plus encore en nos têtes

    Sur terre si ensemble nous vivons
    D'un espoir donné depuis la tendre enfance
    Chaque revers ne doit pas empêcher de réagir
    De donner son âme pleine d'amour et protection
    Loin de mensonges qui trompent et égarent les fragiles

    Que c'est beau d'aimer, il faut le chanter
    Une mélodie d'émotion solide, plus solide, et encore plus solide  
    Si c'est bon, une rengaine nous servira de guide
    Un air fin qui ira son chemin en chœur pour se célébrer

    Mirifiques discours que nous croyons
    Légères paroles de prophètes de la malchance
    Chimériques visions attirent nos cœurs martyres
    Pour que ces mauvaises gens fuient, une simple solution 
    Commencer d'un peu d'amour, de fraternité pour ouvrir un fil

    Que c'est beau d'aimer, il faut le chanter
    Un petit refrain gai, plus gai et encore plus gai
    Si c'est bon, que ce chant soit par chacun offert
    Un air qui parcourt le pays, le monde, la planète, l'univers

     

     


    7 commentaires
  •  

     

     




    Le président Zélande était le maître des pluies
    Cela faisait bien rire quand sur lui cela tombait
    Président 2017, lui, c'est mettre des tsunamis
    La vie des français en plusieurs vagues il a bien submergé 

    Depuis qu'il a été élu, ce n'est que tempête en notre beau terroir
    Il ne fait rien pour la France des petites gens, qui avalent
    De travers ses belles paroles, les promesses à foison qu'il sait
    Offrir en pâture aux affamés et aux indigents
    Ce qu'il promettait en campagne il a englouti tant
    Qu'en marche des organisations de gilets colorés
    Contre son règne véhément ont montré ce qui leur faisait mal
    De ces protestations un fort raz de marée a noyé l'espoir

    Le président Zélande généralement suivi de pluies
    Faisait bien rire quand sur lui cela arrivait
    Président 2017, maitre des horloges sait mettre des tsunamis
    Pour la vie des français en plusieurs vagues inonder

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     




    Ça y est, Président 2017 l'a décidé c'est la guerre
    Ce virus mondial est un ennemi terroriste
    Il part en bataille, il faut le dire
    Rambo va tout péter

    Ça y est, le chef suprême des militaires
    Va mener sa patrouille sur la piste
    Faut-il mitraillettes, bombes atomiques ou pire
    Sur le peuple contaminé lancer ?

    Ça y est, le guide suprême d'illusions et d'absurdités
    Sauvera ses disciples avec belles promesses et amour
    Les morts continuent car le drame en Europe n'est pas fini
    Mais paperasses et documents sont toujours à privilégier, Alléluia

    Ça y est, en Chine s'est bien calmé le tracas
    En une semaine là-bas un hôpital entier fut construit
    En France, Thaumaturge 2017 mobilise pour qu'en quelques jours
    30 lits d'hôpital en une tente militaire soient installés

    Ça y est, tous prisonniers nous sommes
    Le grand patron et ses adjoints
    Sont là pour bien effacer nos tourments
    De mots de réconfort et de paroles de bonheur

    Ça y est, pauvres de nous, faibles hommes
    Faibles humains dans ce marasme si près, si loin
    Reste à prier pour le règne de notre président omnipotent
    Il mérite sa gloire, O Dieu Guerrier, Divin Sauveur

     

     

     

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique