•  

     

     

    Qu'il est triste ce petit monde où nous vivons
    Nous, humains ne pensant qu’à gloire et puissance.
    Toujours se croire au-dessus de ses congénères
    De tels rêves sont si beaux mais trop souvent mauvais.
     

    Bien des humains perpétuent le mal, ils en font leur patron
    Ce petit vice qui détruit, gère d'autrui la pensée, l'existence.
    Loin de nous est alors le jardin que notre père
    Espérait ouvrir sur notre terre à jamais
     

    S'il y a encore du bon qui réside en nous
    S'il prête à refaire l'Eden de notre autrefois
    Si l'on change et devient ce vrai humain
    Enfin l'Amour Divin reviendra pour qu'alors ...


    Poussent les fleurs même écrasées par de vils fous,
    Pour que tout interdit, tout mal s’abolisse d'une seule et vraie foi.
    Dans notre monde qui peu à peu mène sa fin
    Tous nous n’aurons qu’un seul juge : La Terrible Mort


    Une fois parti pour un ailleurs, pour un néant
    Personne ne sait ce qu'il en adviendra
    Petits sots malfaisants qui ne vivent pour rien
    Enfants de Kabbale, vils trompeurs saltimbanques
     

    Vous qui ne pensez qu'a bien exister du présent
    Si la Mort un modeste cadeau vous apportera
    Elle vous fera volontiers découvrir enfin
    Qu’aucune trace de vous sera, lettres qui manquent.

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  





    Voici l'air que je respire
    Une divine vision touche mon être
    Voici ce moment quotidien
    Que sont des mots qui résonnent

    Voici la vie que je me donne
    Quand je me lève le matin
    Voici la force qui va me permettre
    D'aller mon chemin sans soupir

    Voici l'air qui souffle en moi
    Un divin esprit donne mon énergie
    Voici l'instant que je partagerai
    Quand les joies viendront

    Voici l'espoir à l'horizon
    Quand tout demande à aimer
    Voici la force qui continue ici
    Quand rien n'est mal et tout va

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

     



    Si elle pouvait s’endormir et se souvenir
    Du temps passé, de ses belles et jeunes années
    Ce temps où elle écoutait de longues soirées
    Son père parler de sa petite bergère.
    Pour lui, sa tendre femme l’a quitté hier
    Il l’évoquait toujours au présent sans mentir.

    Il la voyait comme si elle n’était pas morte :
    Cécile est encore à ses côtés sous l’auvent
    Sa bergère riait des oiseaux effrontés
    Qui picoraient le pain tout près de la porte
    Et dans les jupes de Cécile d’auparavant.
    Qu’elle était jolie, la bergère, comme sa fille l’est.

    Sa fille se souvient encore des paroles du père
    Il disait qu’elle était le portrait de sa mère
    Quand elle portait la belle longue robe verte
    Comme le champ d’herbes et la douce prairie
    Cachée ainsi par toute cette couleur verte
    Elle semblait être elle-même cette prairie.

    De cette prairie est ainsi née leur chère fille
    Et quoi de plus normal pour la fille d’une bergère.
    Tous aimaient la bergère jolie et sage
    Ils l’ont tous conservés dans leurs coeurs réunis.
    Tout le monde adorait leur petite bergère
    Son mari est le seul à voir son visage.

    Elle avait respiré la vie à pleins poumons
    Elle aimait recevoir, inviter tout le monde
    Le soleil, les animaux ou le forgeron
    Auprès d’elle chacun trouvait son petit bonheur
    Elle les rendait heureux leur bergère blonde
    Puis ils partaient, la laissant seule avec son coeur.

    Son coeur l’a aimée et l’aimera pour toujours
    Il a trop pensé que rien ne finirait
    Tout avait fini, la jeune femme est partie
    Elle est partie dormir dans une éternité
    Que lui refuse, si longtemps après, son mari
    Que la vieillesse engourdit un peu chaque jour

    Si elle pouvait s’endormir et se souvenir
    Du temps passé, de ses belles et jeunes années
    Ce temps où elle écoutait de longues soirées
    Son père parler de sa petite bergère
    Pour lui, sa tendre femme l’a quitté hier
    Il l’évoquait toujours au présent sans mentir.

    Il ne reste de la bergère que sa douce fille
    Et les souvenirs de ses lointains jeux d’enfant.
    Il tenta de construire un semblant de famille
    Cécile fût toujours là, avec lui, au présent.
    Sa fille se réveille, charmée par ses souvenirs...
    La vie est trop courte elle n’aurait pas dû grandir.

     

     

     Poème inspiré du livre de Roger BORDIER "La Grande Vie"

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     





    Tu es là, messager de bonheur
    Tu es ici, guerrier contre le malheur
    Ici et là, es-tu un Dieu ?
    Là et ici, es-tu un esprit ?
    Là et ici, viens-tu en ces lieux
    Ici et là, pour effacer les soucis ?

    Tu es là, ouvrier des âmes
    Tu es ici, sauveur des drames
    Là et ici, es-tu une divinité ?
    Ici et là, es-tu une force invincible ?
    Ici et là, viens-tu faire l'impossible
    Là et ici, pour offrir au monde la félicité ?

    Tu es là, maitre des prières
    Tu es ici, aux paroles sincères
    Ici et là, es-tu un appel ?
    Là et ici, es-tu un espoir ?
    Là et ici, viens-tu allumer l'étincelle
    Ici et là, pour annoncer ta gloire ?

    Tu es là, génie de joie
    Tu es ici, protecteur de la foi
    Là et ici, es-tu l'ange contre le démon ?
    Ici et là, es-tu un envoyé magique ?
    Ici et là, viens-tu changer ces temps chaotiques
    Là et ici, pour donner aux cœurs les bonnes actions




     

     

     


    21 commentaires
  •  

     





    Nostalgie des souvenirs, un moment ils naissent
    Il suffit de peu pour garder leur esprit en mémoire
    De ces instants évoqués seuls des reflets paraissent
    En nos âmes folles le doux éveil des sens offre l’espoir

    Nostalgie des souvenirs, un moment ils meurent
    Il suffit que la réalité vienne nous réveiller
    Pour qu'à la vie s'oublient déjà ces temps terminés
    De nos âmes folles ne se gardent plus les libres cœurs

    Nostalgie des souvenirs, un moment ils vont s'endormir
    Loin des ambiances de grâce et de réminiscences
    Laissant l'humain reprendre contact à sa conscience
    En nos âmes folles qui rêvaient s'oublie le pays aux désirs

    Nostalgie des souvenirs, un moment ils se raniment
    Un flot de multiples songes les revivifie d'une magie sublime
    Tel Alice nous partons le cœur vaillant au pays des merveilles
    De nos âmes folles l'enfance et les plaisirs restent et s'emerveillent

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  •  

     




    Même avec le cœur brisé
    Je continuerai à aller avec le sourire
    Même si j'ai du chagrin
    Je continuerai vers les bonheurs de demain
    Même si cela me fait souffrir
    Je continuerai à me présenter heureux et léger

    Même avec le cœur meurtri
    Je paraitrai tout dans la joie
    Même si j'ai bien mal
    Je paraitrai toujours jovial
    Même si j'ai l'air bougon et froid
    Je paraitrai chaleureux à mes amis

    Même avec le cœur confus
    Je vivrai dans cette incertitude
    Même si je deviens solitaire
    Je vivrai toujours en bonne atmosphère  
    Même si cela change mes habitudes
    Je vivrai isolé mais invaincu

    Même avec le cœur impuissant
    Je serai là gardant les apparences
    Même si je bascule et tombe dans la boue
    Je serai l'un des premiers debout
    Même si cela fait malmener l'existence
    Je serai roi en ma folle terre dorénavant



     

     

     


    20 commentaires
  •  

     

     

     

    Ces mots
    Que je n'arrive pas à exprimer
     Seulement de baroques idées
    Ces mots


    Je veux cette présence auprès de moi
    Je veux ressentir la plus forte des lois
    Je veux connaitre l'évangile aux anciens temps
    Je veux pour des siècles et des siècles que l'amour soit présent

    Ces mots
    Il me faut les offrir
    Mon âme, là, va ouvrir
    Ces mots

    Je veux trouver un bonheur sans restriction
    Je veux une vie de sagesse et de bonne action
    Je veux ma foi éternelle pour seul bouclier
    Je veux que cette prière pousse le vent mauvais

    Ces mots
    De vie qui ne meurent
    Prononcés sans heurt
    Ces mots

    Je veux sans misère m'en aller
    Je veux rire, ne pas subir
    Je veux me battre et pouvoir agir
    Je veux puissant tout dégager

    Ces mots
    Croyant celui qui prend soin
    De la veuve et de l'orphelin
    Ces mots

    Je veux un chemin d'espérance
    Je veux une possible route en croyance
    Je veux l'être divin des cieux qui construit
    Je veux ne suivre personne, seulement lui

    Ses mots
    Dieu sait le meilleur en moi
    Ses mots
    Dieu c'est le meilleur en toi

     

     

     

     

     

     


    24 commentaires
  •  




    Il faut reconstruire
    Il faut envisager un heureux avenir
    Même si le passé a fait tant de mal
    Il faut chercher et suivre les bonnes étoiles

    Bien des drames ont été rencontrés
    Du passé il ne faut sauver que les bons moments
    Hier est déjà fini, rien ne pourra le changer
    Les chagrins sont des mirages qui écrasent le présent

    Il faut reconstruire
    Il faut bien entrevoir
    Que demain tout va s'embellir
    Au plus tôt il va le falloir

    Conserver au cœur ces âmes d'autrefois
    Des âmes passées dormant en leur vieille voie
    Sentir la force future qui pas à pas s'avance
    Que la vie n'en perdra pas ses croyances

    Il faut reconstruire
    Il faut y penser aujourd'hui
    De ce qui fut bien avant garder l'abri
    De belles pensées au petit matin s'offrir

    De ces vies chamboulées ne restera rien
    Il faut faire table rase de ces malheurs
    Et voir le destin en plein bonheur
    Ne voir qu'un arc en ciel pour demain








    18 commentaires
  •  

     

     




    Merci pour la joie qui m'emporte
    Merci pour la joie qui me porte
    Chaque jour un nouveau paradis
    Que je découvre en mon pays

    Si je me cherche un Dieu
    Si je me cherche un mieux
    Qu'une force me donne espoir
    Qu'une possible chance m'amène à croire
    Dans tout mon être que je sente venir
    De nouveau un brillant avenir

    Merci pour la joie qui me vient
    Merci pour la joie qui me tient
    Chaque jour un nouveau chemin
    Que je découvre vers demain

    Si je me cherche une Divinité
    Si je me cherche une Entité
    Qu'une force me rende adroit
    Qu'une volonté me rende juste et droit
    Dans tout mon être que cela brille
    De nouveau sentir une nouvelle vie

    Merci, mais à quel esprit dois-je le dire ?
    Merci, à quel idéal en dois-je ce plaisir ?
    Chaque jour le sentier me devient agréable
    Je découvre que je suis capable




     

     

     

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique