•  





    J'avance et j'erre de mon pas léger
    Je marche loin du monde urbain
    Sur une route qui s'ouvre je me promène
    Chemin faisant
    Je goute aux saveurs de l'endroit
    Aucun souci en tête uniquement de la joie
    Un loisir qui se donne le temps
    Et ces longues minutes qui viennent
    De la beauté de la nature chanter le refrain
    Je garde en mon cœur ce moment à jamais

    J'avance et je parcours tant d'allées
    Je marche dans toutes les forets
    Sur une route que je prends je pars
    Chemin du hasard
    J'écoute les chants mélodieux
    Des oiseaux et observe les animaux des lieux
    Les arbres et les plantes que j'aperçois
    Me livrent les secrets de ces bois
    Beauté de la nature qui me laisse rêveur
    Je garde en mon cœur tout ce bonheur

    J'avance et je mémorise des merveilles
    Je marche vers toi, belle nature
    Sur la route je vais chercher ton plaisir
    Chemin de la vie, de la terre
    J'aime tes champêtres félicités
    Des villes j'oublie l'effet aux yeux, au nez et aux oreilles
    La végétation domine et perdure
    Du béton, du ciment rien ne peut pousser, grandir
    Des beautés de paysages il faut conserver l'univers
    Je garde en mon cœur des espaces la diversité



     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

     


    Ce chemin n'est pas bon
    Je préfère partir en arrière
    J'en fais ma totale raison
    Je ne continuerai pas cette galère

    Ce chemin que j'ai pris
    N'a plus de route au bout
    C'est un précipice qui attend les fous
    Qui poursuivent et persistent ici

    Ce chemin n'est plus bon
    Je vais choisir d'aller
    En arrière, c'est un abandon
    Pour ma sécurité 

    Ce chemin est impossible devant moi
    J'envisage déjà l'autre solution
    Une voie de substitution
    Je retourne tout de suite sur mes pas
     

     

     

     

     

     


    29 commentaires
  •  




    Avez-vous déjà affronté la grande et puissante administration ?
    Il faut ses sens assurément plus fort tenir devant la sainte institution
    Quelquefois j’ai l’âme froide face aux civilités imposées
    En rythmes abondants débordent mes pensées
    En esclave de la bonne société je joins le mouvement
    Pour me débarrasser de l’hypocrisie publique, un temps

    Tout semble s'imposer dans un confus murmure
    Nous poussant, confiants, au bout de l’aventure
    Avant d’enfermer l'esprit dans de diffus dossiers
    Un infime détail vous saisit et foudroie la raison agitée
    La terre s’ouvre et engloutit l’espoir d’une moindre conquête
    Une fois commencé, la roue tourne et tourne dans cette fête

    Sous le masque froid d’une intendance autoritaire
    De beaux rêves seront déçus, des illusions iront par terre
    Ma moquerie se manifeste et offre sa douce finesse
    Mieux lancer des galéjades dans ces officielles détresses
    Et sur ce vide immense qui nous tourbillonne le pays
    C'est d’une âme ironique que va des bureaux ma raillerie

     

     

     


    10 commentaires
  •  




    En manque d'amour
    Je rêve d'un pays de fantaisie
    Un paradis où je glisserai chaque jour
    Quelques bonheurs en moi et je prie

    Qui trouver pour m'accompagner ?
    Qui viendra remplir ce grand vide ?
    Où retrouver ce qui me rend solide ?
    Aujourd'hui où puis je me réparer ?

    En manque de conscience
    Je perds ma résistance
    Dans le lot de ma solitude folle
    Je pars et je somnole

    En manque de vivre
    Je rêve de me sentir tranquille
    Oubliant ce que mes pleurs délivrent
    Je me fais un songe et je m'exile

    Qui pourra être avec moi dans ce combat ?
    Qui me sortira de cette mélancolique tristesse ?
    Quand traverser l'arc-en-ciel et y cacher ma détresse ?
    Quand se délivrer l'âme de tous ces tracas ?

    En manque de besoin
    Je rêve d'un coup de main
    Dans ce quotidien qui s'ouvre
    Je cherche et je découvre

    En manque de solution
    J'arrive à franchir mes soucis
    Dans une sainte élévation
    Je savoure et je revis

    Qui pourra former mon parcours ?
    Qui me sortira de ma prison ?
    Comment envisager ma libération ?
    Que faire pour obtenir un secours ?

    En manque d'exister
    Je pars en douce vers une belle cité
    Je recherche une planète de joie
    Je m'éclate et je me noie

     

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     



    Cette crise
    Douloureuse malice
    Cette situation
    Cruelle élucubration

    Pourrai-je échapper à la dureté
    De cette façon d'entreprendre ?
    Pourrai-je éliminer
    Ce renoncement à comprendre ?

    Ma piste
    Est-elle vraie et réaliste ?
    Mon chemin
    Va-t-il toujours si bien ?

    Saurai-je enfin assouplir
    Ma condition et cette souffrance ?
    Au bout de mes espérances
    Saurai-je parvenir ?

    Mon monde
    Est-il impur et immonde ?
    Mon choix
    Est-il de bon aloi ?

    Je doute ici et je me morfonds
    Dans l'absence de réaction
    Je reste là et je me confonds
    En mille excuses sans solution

    Mes victoires
    Des chimériques histoires
    Mes échecs
    Des tragédies grecques

    J'avoue ne plus y croire
    Je supplie quelques dieux ou déesses
    De m'aider, où ai-je donc mis les pieds, je stresse
    J'avoue ne plus vraiment savoir

    Cette crise
    Illusoire malice
    Cette situation
    Imaginaire élucubration

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     




    Voici venu le temps des fenaisons
    Voici venu le temps des moissons
    Voici venu le temps des vendanges
    Voici venu le temps de l'automne, couleur orange

    Notre terre est un immense champ de blé
    Qu'il faut semer cultiver et moissonner
    Cette planète offerte à nous est le seul bien
    Qu'il nous faut préserver en nos lendemains

    Nous avons des yeux pour voir la nature
    Nous avons des oreilles pour l'écouter
    Nous avons un nez pour la respirer
    Nous avons une bouche pour conter son aventure

    Voici venu le temps des récoltes
    Voici venu le temps des révoltes
    Voici venu le temps des bouleversements
    Voici venu le temps du changement

    Notre terre est un immense champ de blé
    Qu'il faut semer cultiver et moissonner
    Cette planète doit être bien défendue
    De tout abus, toute folie elle doit être secourue

    Nous avons des yeux pour la nature apercevoir
    Nous avons des oreilles pour la faune ouïr
    Nous avons un nez pour le parfum de la flore sentir
    Nous avons une bouche pour gouter les saveurs de son territoire

    Voici venu le temps de l'automnale saison
    Voici venu le temps de servir notre civilisation
    Voici venu le temps d'enrichir la terre
    Voici venu le temps de comprendre et de faire




     

     


    18 commentaires
  •  




    C'est bien reparti
    Pour un nouvel enfermement
    La promesse devant la populace
    Pourtant avait été de ne pas reconfiner
    Et voici le retour des petits papiers jolis
    A montrer obligatoirement
    Il aime ça le fanfaron premier la paperasse
    Pour contrôler ceux qui veulent circuler

    Fanfaron au lieu de brasser de l'air
    Et d'offrir aux gens bien des tracas
    Pourquoi rien n'a été vraiment prévu
    Quand nous sommes sortis de notre isolation
    Les politiques n'ont activé aucune solution
    Contre une nouvelle vague d'épidémie venue
    Bien beau de proposer une plus légère quarantaine là
    Laissant ouverts services publics et établissements scolaires

    Mais maintenant les bambins
    Ne mangeant pas à la cantine
    Leurs pauvres parents devront remplir
    Quatre attestations qu'il leur faudra chaque jour
    Une attestation pour amener à l’école leurs enfants le matin
    Une attestation pour le repas de midi aller chercher gamins et gamines
    Une attestation de 13h30 pour l’après midi en cours les faire revenir
    Une attestation de 16h a 17h environ pour le soir récupérer les petits amours

    Et dire que dans les pays d'Asie
    Ils n'ont plus aucune épidémie dorénavant
    Car chez eux ils ont immédiatement isolé
    Toute personne malade ou cas positif
    Bravo le fanfaron premier et tes drôles d'administratifs
    Si c'est tout ça que pondu vous nous avez
    Bravo pour cette organisation d'incapables patents
    Vous n'avez rien voulu voir bien que des médecins vous ont avertis

    Maintenant le peuple français
    Va être privé de toutes les fêtes
    Il nous reste deux mois
    Jusqu’à la fin de l'année 2020
    Mais il est interdit de festoyer
    Mais il est interdit de se réunir, c'est bête
    Tout sera fermé partout c'est leur nouvelle loi
    Pour s'amuser même chez soi pas de réunion, c'est malin

    On va donc passer un bon Halloween
    Enfermés chez soi sans allégresse
    A la Toussaint on n'a pas l'attestation
    Pour au cimetière aller nos morts pleurer
    Souvenir d'armistice ne sera pas célébré
    Par nous pour ce 11 Novembre seul à la maison
    Aura-t-on le droit au beau Noël et à la Bonne Année enchanteresse ?
    Car le fanfaron pourra aussi nous pourrir ces nuits divines



     

     


    7 commentaires
  •  

     

    Les politiques s'affolent
    Les guignols se réunissent
    Que vont-ils faire de cette virale crise ?
    On attend le pire quand ils prendront la parole

    Et que va bien pouvoir faire le petit fanfaron ?
    Je me demande ce qu'il nous pond
    Restrictions, enfermements, du grand bordel
    Il est là pour rendre moche notre vie si belle

    Avec un défaut d'acculturation scientifique
    Nous les gueux, nous n'analysons pas les volontés médicales
    Nous les gueux, nous ne comprenons pas les volontés politiques
    Ces grands penseurs décideront et fermeront le bocal

     

     

     


    8 commentaires
  •  




    Ce virus est un animal nocturne et aquatique
    L'eau et la boisson sont ses nécessités physiques
    Il boit, il boit, il boit, c'est son lot spécifique
    Donc les politiques ont décidé bien stratégiques
    Que les zones où il circule trop sont en alerte critique
    Et ainsi tous les bars doivent fermer boutique
    Débit de boissons interdit au peuple tourné en bourrique
    La solution ainsi trouvée est magnifique
    Il faut assoiffer l'animal maléfique
    Qu'il ne s'abreuve plus du tout, c'est la tactique

    Ce virus est un animal nocturne et aquatique
    Il sort uniquement le soir et progresse d'une bouffée diabolique
    Il rode, il longe les murs et se cache dans l'obscurité euphorique
    Des victimes qu'il agressera dans leurs soirées chimériques
    Encore là nos grands gestionnaires politiques
    Ont décidé qu'en zones d'alerte pandémique
    Il sera instauré un couvre-feu systématique
    De 21 heures à 6 heures du matin, c'est un devoir civique
    Pour que cette bête nuisible lors de ses nuits tragiques
    Soit anéantie sans trouver une personne qu'elle pique

    Ce virus est un animal nocturne et aquatique
    Dont la naissance s'est présentée en pays asiatique
    Puis la croissance s'est faite partout de royaumes en républiques  
    Personne sur cette terre ne peut échapper à ce mal pathétique
    Reste à prier un dieu, une déesse ou tout esprit magique
    Qu'un vaccin efficace puisse sauver l'humanité sympathique
    Et peut-être que le virus terminera enfin sa course dans l'espace cosmique
    Dans d'autres galaxies il contaminera de ces créatures fantasmagoriques  
    Allant surement toucher quelques extraterrestres asthmatiques
    Que la force soit avec vous, et avec l'empire galactique


     

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique