•  

     

     



    Une société bien barbare
    S'invite à nos portes d'ignares
    Parlons d'eux
    Des Cas Piteux

    Si vous enseignez L'Histoire De France
    La Société avec ses drames et ses errances
    Par eux, vous serez
    Décapité
    Si vous faites des caricatures, des dessins
    Qui ne plaisent à leurs mystiques copains
    Par eux, vous serez
    Décapité
    Si vous vous mêlez de leur religion
    Touchez au Prophète de leur confession
    Par eux, vous serez
    Décapité
    Si vous les regardez droit dans les yeux
    Infidèles dans leur plan religieux
    Par eux, vous serez
    Décapité
    Femmes, si vous ne vous couvrez
    De la tête aux pieds
    Par eux, vous serez
    Décapitées
    Hommes, si vous buvez de l'alcool
    Ne suivez pas ces frères croyants aux bonnes paroles
    Par eux, vous serez
    Décapités
    Enfants, si vous n'apprenez pas leurs religieuses leçons
    Si vous oubliez leurs bons prêches une fois à la maison
    Par eux, vous serez
    Décapités
    Il aime les hommes, elle aime les femmes
    Honte à vous, êtres infâmes
    Par eux, vous serez
    Décapités
    Si vous montrez votre corps à tous
    Ne pensez qu'au sexe et vous la coulez douce
    Par eux, vous serez
    Décapité

    Des milliers d'exemples peuvent être encore offerts
    Pour bien ici dévoiler leur satanique guerre
    Parlons d'eux
    Des Cas Piteux

     

     

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  






    Un crétin d'hier
    Ou un crétin d'aujourd'hui
    Cela restera l'abruti
    Qui se mêle de tes affaires

    Un crétin du passé
    Ou un crétin du futur
    Toujours là pour empêcher l'aventure
    Pour annihiler ce que tu fais

    Les crétins se multiplient dès lors
    Qu'un chef de groupe est trouvé
    Ils vont se réunir et vont aimer te détester
    Haïr ce qui en toi a pu devenir or

    Les crétins bannissent ton génie
    Ils te portent si bas de leurs cris hauts
    Ils s'excitent tant de leurs vils mots
    Sots comme ces critiques qu'ils charrient

    Un crétin d'hier
    Ou un crétin d'aujourd'hui
    Toujours un roi de l'univers
    Qui t'offre modestement son dépit

    Un crétin du passé
    Ou un crétin du futur
    Grand ordonnateur d'âneries qui tente de bloquer
    Ton avancée la jugeant contre nature

     

     

     

     

     


    16 commentaires

  •  

     

     

    La bête est là
    Tapie dans l'ombre et voit
    Surveillant tous les écrits de bon aloi
    La bête savoure les réseaux sociaux et les médias
    Se délecte de ce qu'elle voit du peuple s'échapper
    Elle vient alors prêcher sa bonne parole et sait menacer
    Réprimander, donner de l'avis pour excommunier
    Elle désavoue certains écrits sans bien le tout contrôler

     

    Las, nous sommes de ces agissements
    Est-ce un réel plaisir des vents
    Parfois d'affronter la prose d'un Jourdain médisant ?
    Il colle sa prétendue Morale dans nos plans
    Nous donne de la Vertu de sa critique manière
    Nous sanctionne sans aucun retour en arrière
    Cette bête n'a aucune réelle puissance dans sa guerre
    Qu'elle balance son fiel, demain tourne déjà autre l'univers

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     

     

     


    Je voudrais entendre cette symphonie d'automne
    Que j'ai écoutée un soir de septembre, il y a de longues années
    Quand mon enfance était à la fois fabuleuse et monotone
    Quand petit j'avais l'insouciance des enfants en leur monde de fées

    Je voudrais retrouver cette ambiance de la saison
    Qu'un soir de septembre m'a offert dans le salon
    Quand mon enfance donnait à la tendre et joyeuse musique
    Le rêve et la fantaisie d'un gosse en plein ouvrage symphonique



     

     

     


    18 commentaires
  •  






    L’automne froid est apparu bien vite cette année
    Déjà accompagné de ses nombreuses pluies
    Journées si fraiches mais encore un peu ensoleillées
    Pour finir le cycle estival qui a chauffé nos corps, nos esprits

    Couleur grise des averses fréquentes
    Quand le soleil baisse ses prétentions
    Journées et soirées à regarder de sa maison
    Gouttes d’eau mélancoliques et abondantes

    Souffrir des temps mauvais qui attristent l’air
    Mais garder du soleil ses intimes brûlures
    Conserver ces beaux jours qui passent d’un éclair
    Esprit des pluies, bienvenu sur la nature

    L’automne froid est venu tôt nous rafraichir 
    De nombreuses ondées baignent nos jours et nos soirs
    Un peu de soleil reste de temps à autre illuminer nos espoirs
    L’été s’en est bien allé maintenant, il nous restera en souvenir


     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     



    A petit feu
    Je me meurs
    Pour si peu
    Je pleure
    Le mieux
    Si je demeure
    Est un lieu
    Où je n'ai pas peur

    Je disparaitrais
    Si tout devenait pale
    Si j'avais mal au cœur
    Bas les masques
    De ces bourrasques
    Si on touche à mon bonheur
    Si le monde se voile
    Et que je doive me cacher

    Par un geste capital
    Si toute la population
    Je dois sauver
    Comptez sur ma ferveur
    Mais d'un masque porté nombreuses heures
    Quand seul je suis dehors à marcher
    Ce n'est pas du tout de ma raison
    Si pour rien je me perds en médical

    A petit feu
    Je me meurs
    Pour si peu
    Je pleure
    Le mieux
    Si je demeure
    Est un lieu
    Où je n'ai pas peur





     

     


    11 commentaires
  •  

     




    La petite grenouille est morte ce dimanche après midi
    La petite grenouille a été suicidée par l'ignominie
    Une bête sournoise, méchante l'attendait à l'orée du bois
    Pour de sa carcasse s'abreuver dans l'allégresse de sa victorieuse joie

    La petite grenouille innocente sautait de nénuphar en nénuphar
    Sans se soucier qu'on pouvait ainsi l'assassiner dans sa mare
    Dans le journal, la nouvelle attriste parmi de plaisantes images
    Parmi les articles à divertir tout se tait ce dimanche tout est si sage

    La mort de la petite grenouille vient de porter le glas
    Et il n'y aura plus jamais de joie dans son pays d'éclat
    La mort de la petite grenouille fait tout disparaître
    Du charme de cette nature et de tout son être

    La petite grenouille gentille et toute aimante même avec l'immonde
    N'en veut point a son exécuteur, elle ne le juge pas comme il l'a fait
    Le maître de justice qui voit et sait tout de son monde
    Lui seul décidera divinement de sa part d'éternité

    La petite grenouille est morte ce dimanche après midi
    Sans rien demander elle s'est laissée dériver sans un cri
    Son existence joyeuse l'a quitté, doucement elle est partie
    Ayez une petite pensée, elle vous sourira de son paradis

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     



    Je suis un maitre de musique et je joue
    D'une si douce pensée
    Une mélodie que je transmets
    Belle vision offerte sans tabou

    Si des guerriers échauffent leur délire
    Qu'ils offrent des ombres funèbres
    Ma raison voit la joie et joue à travers ces ténèbres
    Du chemin de mon concert je sors un élixir

    Des rêves de soleil se lèvent enfin
    Mêlant des âmes en un mystique espoir
    Dans ce vide immense qui s'apprivoise de victoire
    Ce monde clos et diffus qui enferme le quotidien

    Je suis un maitre de lumière et je veux briller
    D'une si forte manière
    D'une clarté que j'élève en mon univers
    Belle vision qui par moi se fait

    Salut, éclat du jour, éternelle lueur
    Offre le réconfort qui se cherche et de mon oraison
    Donne-moi cette force d'éradiquer la perversion
    Contre ce mal qui sévit et les faiseurs de malheur

    Mes yeux cherchent dans cette pénombre l'aurore
    Mon âme bloquée voit l'issue en cette aube éclose   
    Enfin se lever au jour et accueillir ce qui se propose
    Se tourner vers un autre endroit libre et vivre encore

    Je suis un maitre de poésie et j'écris
    D'une si douce et élégante allure
    Une petite œuvre qui peut, je l'assure
    De ma belle vision revigorer chacun ici

     

     

     


    2 commentaires
  •  






    Parle doucement
    Et tu seras écouté
    Parle violemment
    Et tu seras écarté
    Parle sans énervement
    Et tu seras respecté

    Parle à chacun de nous
    Sans aucune violence
    Parle sans avoir peur
    Parle avec des mots doux
    Alors viendra la chance
    Quelques mots feront bonheur

    Enfin quelqu'un sera prêt
    Enfin quelqu'un te comprendra
    Enfin parmi cette foule réunie
    Quelqu'un aura entendu ton juste cri
    De ces gens que tu surprendras
    Un sera bien à tes cotés

    Parle calmement
    Et tes paroles ils écouteront
    Parle maintenant
    Et tu auras bien raison
    Parle de tes problèmes gentiment
    Et une bonne âme viendra à l'horizon

    Parle sans agir en fou
    Porte sereinement l'attention
    Parle quelques minutes ou une heure
    Parle de ce que tu endures surtout
    Alors viendra bien la solution
    Tu dois leur dire ce qu'est ton malheur

    Enfin quelqu'un pourra
    Enfin quelqu'un saura en ces lieux
    Enfin faire chanter les lendemains
    Parmi ces gens il n'en faut qu'un
    A tes cotés pour que tout soit glorieux
    Que les beaux jours parlent avec toi


     

     

     

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique