• Monsieur A Les Pièces, Madame Les Sacs

     



    Quel beau métier il fait donc là, Monsieur le Préposé des Parcmètres. Entretenir les machines qui font payer aux gens le droit de loger leur véhicule en ville quelque temps. Récupérer les pièces qui ont été logées dans le ventre gourmand des boîtes à sous.


    C’est ce qui s’appelle l’impôt urbain de nos temps modernes.


    Monsieur le Parc-maître est, par excellence, un employé modèle, si l’argent donne le droit, l’argent peut tout, l’argent apporte tout, son droit c’est l’argent. Il sacrifie tout à son métier, il ne vit que pour l’argent qu’il rapporte, qui lui rapporte.

    Il bichonne, caresse ces petites boîtes, y tenant plus qu’à la prunelle de ses yeux. Il serait chômeur sans elles, le pauvre.

    Prince dans sa ville, il se jette sur ces machines, sujets de son soi-disant royaume de prince consort, consorti de la cuisse de Jupiter. Il frémit d’un indescriptible bonheur dés que l’argent emplit les sacs placés sous les parcmètres. Pourtant notre prince n’est rien d’autre qu’une fripouille, un de ces gagne-petit, pleine erreur de petite frappe. L’agent des parcs se croit malin, l’ignoble profiteur, goujat de première, sous des dehors de respectable agent administratif, roule la ville, roule l’administration.


    Oui, il roule dans un beau cabriolet couleur rouge.

    Monsieur n’est jamais seul à l’ouvrage, le Prince consort a une consœur, il est toujours suivi de Madame. Où l’un il va, l’autre le suit. Le couple est admirable, un couple de légende dont il faut présenter l’autre moitié : elle est femme au foyer mais jamais chez elle quand monsieur travaille, une épouse qui talonne pas à pas le conjoint fonctionnaire. Laissant ses tâches ménagères pour préférer suivre son double d’époux. Il lui faut bien une raison, un motif pour s’obstiner à escorter ainsi le mari.

    Voici donc l’ignoble et lucratif stratagème du couple glorieux, oui glorieux car ils resteront gravés dans les mémoires des lecteurs, enfin je l’espère, ils en valent la peine.

    La dame transporte les sacs à récolter les pièces du sieur. Certains de ces sacs sont à moitié vide mais un seul est toujours et largement plein, celui-ci est tellement rempli qu'il pourrait s’en découdre les coutures.
    Monsieur et Madame redonnent à l’administration les sacs à moitié vide, alors, ils se régalent du reste, un simple et petit sac qui, lui, est celui plein à ras bord.

    Monsieur et Madame prirent un soir un train de nuit pour des vacances dans le Sud. Madame a peur de l’avion et préfère un contact avec le sol. Ne sortant leur superbe voiture que pour briller en société, et uniquement dans leur ville, la formule du train leur plaisait agréablement pour les vacances. Ce soir-là, donc, pendant un sommeil lourd, lourd comme un lingot d’or (d’horodateur, devrais-je dire), elle se confessa, ayant quelque remords en ce chaud soir d’été, agitée par le train-train, enveloppée de beaux draps de soie rose.

    Dans la couchette supérieure, je ne pus m’endormir tout de suite mais je ne pus m’empêcher aussi d’entendre la brave dame car elle avait le verbe haut.

    Mais au fait, le seul cabriolet rouge flambant neuf que vous connaissez n’est-il pas celui de vos amis ?

     

     

     

    « Pars Ou ResteAccepte-Moi Auprès De Toi »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    15
    Lundi 31 Janvier à 15:47

    Bonjour mon cher Phil,

    Je me suis bien régalée ! Que voilà un texte bien troussé, comme le dirait une soubrette aux amours ancillaires !

    C'est également très "visuel" !

    "Faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens-là
    On n'cause pas, Monsieur.
    On n'cause pas,
    On compte !" ♫ (Jacques Brel "Ces gens là")

    Mais quelle terrible nouvelle ce dût être quand la carte de toutes les couleurs remplaça les petites pièces, tintinnabulant dans leurs sacs de jute !
    Quel avenir pour ces malheureuses pièces désormais méprisées ?

    Tu me vois venir avec mes gros brodequins ?

    Bisous Ami Poète

    14
    Lundi 31 Janvier à 10:44

    bonjour Phil

    tu vas bien ce matin

    temps moche et froid

    belle journée et gros bisous

    Elyci

    13
    Lundi 31 Janvier à 08:30

    Bonjour cher Philippe,

    J'ai bien aimé lire ton texte, fictif mais si réaliste. Merci pour ce bon moment.

    Je vais mieux, je me remet doucement de la 3e dose du vaccin jeudi (j'ai eu Moderna alors plus d'effets indésirables que les 2 fois où j'ai eu Pfizer). Je n'ai plus de fièvre ni de courbatures mais j'ai toujours mal au bras gauche et il est enflé. 

    Pas sortie hier, me suis reposée.

    Il fait froid avec des averses. Hier on a eu du soleil.

    Nos 4 chats vont bien, ils hibernent dans l'appartement lol

    Passes une bonne journée et une agréable semaine ami poète

    Gros bisous

    Florence    

    12
    Dimanche 30 Janvier à 12:17

    Bonjour Axtérix,

    superbe ton texte, j'aime le titre. Très réaliste ton texte j'aime avec la touche d'humour

    Toujours l'argent..

    Passe un excellent dimanche.

    Bisous cordialement

     

    11
    Samedi 29 Janvier à 08:31

    Bonjour Philippe,

    C'est un texte très réaliste, rien n'est gratuit actuellement et comme disait Molière "je vous prête le bonjour.

    Tu voudras bien m'excuser pour mon retard à te répondre, la vie ne se déroule pas comme un long fleuve tranquille,

    Amitiés

    M@rie

    10
    Samedi 29 Janvier à 06:23

    Superbe texte, Hélas j'ai pas de cabriolet, ni bleu blanc rouge ... Un bon w- à vous aussi, dans la brume dans mon coin.

    9
    Vendredi 28 Janvier à 13:06

    bonjour Philippe c'est un beau texte que tu a écrit, c'est une belle histoire, aujourd'hui pas de balade a cause du brouillard et de la pluie, je te souhaite un très bon Vendredi, amicalement

    8
    Vendredi 28 Janvier à 11:42

    merci Philippe pour ce beau texte et belle histoire !   je te souhaite un beau weekend  a+  ici il fait gris et froid  

    7
    Vendredi 28 Janvier à 11:30

    La poésie c'est un rêve sans argent
    Mais la lire est toujours passionnant 
    Tu vois je me suis garé très longtemps
    Même si ce n'est qu'un passage vraiment
    Il me fallait sans payer te dire merci à présent
    De tes visites où mon parcmètre ne fonctionnait défaillant
    Mais suis obligé de rester encore aux abonnés absents 
    Mais je suis ravi d'être un peu chez toi  pour un instant 
    Pour constater que tu as toujours le verbe aboyant 
    Cela me manquait  beaucoup  c'est évident 
    Continue  avec  tes écrits  clairvoyants
    Je me retire dans mon Canaan 
    Pardon d'y rester un moment
    A toi de moi
    Claude



    6
    Vendredi 28 Janvier à 10:57

    bonjour 

     que c'est bien dit  , du réel , je me  suis  bien régalé  à lire  ta prose 

    ( autrefois  cela s 'appellait l 'octroi  , on payait un droit d'entrée à la porte de la ville )

     ( tiens hier j 'ai oublié de mettre mon carton horodateur ouff personne  n  à rien vu  , quelle étourdie  , rires )

     bonne journée Philippe  

     kénavo

    5
    Vendredi 28 Janvier à 10:36

    bonjour Phil

    Quel écrit, si reel

    Tu écris bien tu sais

    Bon week-end et gros bisous

    Elyci

    4
    Vendredi 28 Janvier à 10:14

    Bonjour Phil et oui c'est la course au pognon dans ce systéme et ceux qui récupérent nos sous ne sont pas a plaindre loin de là....Si l'on énumére ce qui ne va pas chez nous dans notre beau pays qui tombe a la dérive et bien nous ne sommes pas sortis de l'auberge , tout est abus et injustice et en plus en toute légalité , celui qui est taxé n'a rien a dire juste  qu'a ouvrir son porte feuille .....Je ne sais si a cette allure ça va durer encore longtemps mais ça commence a bien faire toutes ces combinent trouvées pour nous tirer du fric  a la moindre ocasion ......Moi je croise toujours les doigts mais je n'y crois plus du tout .......Merci Phil  pour tes déductions qui sont toujours dans le vrai .....Passe une belle journée ........Bise ......A+++++Soriane ( Lili) ....je passe chez toi mais ne m'attarde plus sur le net ou trés peu .........

    3
    Vendredi 28 Janvier à 10:12

    Et ben quoi c'est beau un cabriolet, rouge en plus.happy  Il serait bien étonnant que des personnes ayant un si beau cabriolet prennent le train. Quoique pourquoi pas après tout il faut bien voir comment le petit peuple se déplace

    happy, bon pas mal ton histoire je vois à quoi elle fait allusion. Bon week-end à Nancy.

    2
    Vendredi 28 Janvier à 10:08

    Chouette histoire poétique ! Bon week-end.

    1
    Vendredi 28 Janvier à 10:06

    Elle est très drôle, cette histoire! Heureusement que c'est de la pure fiction! Quoique ......... il me semble avoir vu un cabriolet flambant neuf garé au bout de ma rue! oops

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :