• Fidèle pour toujours
    En amitié ou en amour
    Notre esprit ne demande qu'a s'y faire
    Ne pas suivre le coté obscur
    Que certains tentent et procurent
    Pour briser espoir et bonheur éphémères

    Fidèle pour longtemps
    Quand sonnent les heures du moment
    Ou les êtres humains de cette terre
    Ne sombrent plus dans la plus vile nature
    Ne pas penser a une dure rupture
    Qui pourrait venir blesser l’âme et la chair

    Fidèle toute la vie
    Et affronter tous les soucis
    Rester ensemble solidaires
    Même si certains n'alimentent que blessures
    Pour seule nourriture
    Ne pas les suivre, rester sincère

    Fidèle toute une existence
    Soigner ensemble ses souffrances
    Partager ses douleurs et sa misère
    Se soutenir, aller vers un merveilleux futur
    Oublier certains qui vous conduisent en aventures
    Et de leurs malheurs, leurs drames pourrissent l’atmosphère

    Fidèle au quotidien
    Et a chaque lendemain
    Renaître dans cette nouvelle croisière
    Voguer vers le tendre pays d'une villégiature
    D'un havre de paix qui n'offre aucune écorchure
    Ensemble d'amour ou d'amitié continuer de sa manière


     

     

     

     Sujet Proposé Par L'Amie Soriane
    Dont Voici Le Blog

    http://soriane.eklablog.net/

     ''LA FIDELITE''

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     

    Je deviens sensible depuis le jour où j'ai pu aimer
    Nos rendez-vous amoureux et je t’apprécie chaque fois plus mon aimée
    Le soir, les lumières se reflètent dans la chambre assombrie
    Je te prie de m'emmener dans les plus profondes de tes folies

    Embarquons ensemble sur ton fier esquif
    Vers les eaux troubles de nos naissants délires
    Donne-moi l'assurance que nous n'échouerons pas contre des récifs
    Que tu t'aideras des bons vents pour parvenir aux côtes paisibles de notre avenir

    Nos mains se touchant, l’amour que l’on se donne et je fantasme
    Entre tes bras je rêve d'une île au sable fin
    Mes yeux s'emplissent d'une petite larme lors de cet orgasme
    Et je me promène en ces plaisirs quand tu me tiens

    Je ne veux plus rentrer au port, mais rester au loin
    Ma tête posée sur le corps de mon aimée je brûle
    De cette passion qu'un rien me stimule
    Et m'apporte là ce dont j'ai le plus besoin

    Un dernier feu nous consume et tu pars sans un baiser, un adieu
    Je reste seul sur le chemin de nos divagations d'amoureux
    Sans pleurer j'attends que tu me reviennes
    Sans le moindre doute sur le sentiment qui nous imprègne

    Je vaque à mes occupations, loin de notre jardin aux milliers de fleurs
    Affectueuse et sournoise tel une enfant, tu reparais
    Heureuse tu me tends les bras et nous dansons dans nos secrètes heures
    De hauts et de bas nous évoluons vers notre excès

    Sur notre plage rêvée un petit vent souffle, les sables il balaie
    De nulle part vient un chant qui me berce d'illusion
    Hypnotisé, je me laisse facilement diriger et aller
    Je te laisse m'emmener enfin vers d'autres rives d'action

    Notre nid d'amour se construit quand tu m'y envoles, depuis que tu m'y attires
    Là, tu me rappelles de ta voix sereine notre serment
    L'appel de ta ferveur me donne tout en cet instant
    Je t'appartiens jour et nuit depuis le jour où j'ai pu aimer à désir

     

     

     

     

     

     


    10 commentaires






  • Dans la cadence
    De cette danse
    Tout en transe
    Cela balance
    Tout bien s'avance
    Dans la séance

    Public en silence
    Sons et gestes en nuance
    Pour l'assistance
    Donner la jouissance
    D'une séquence
    Qui fait son existence

    Aucune violence
    Entraînement et patience
    Pour offrir l’expérience
    De ce spectacle intense
    Des bravos de l'audience
    Achèvent ce ballet en puissance

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  



    La mort m'entoure soudain de ses ombres funèbres
    Mais ma raison voit le jour à travers ces ténèbres
    En un vaste écho, la grande âme m'inquiète
    De la mort et du temps il me reste la conquête

    Je laisse mon esprit libre d'inquiétude
    D'un facile bonheur faire une dernière turpitude
    Que t'importe après tout que ton échéance barbare
    Sous ses nuages gris vienne m'emporter et m'affaiblir
    Que t'importe en quels lieux mon sort se prépare
    Sur quels flots grondants la vie qui est mienne expire

    Dame Mortelle, viens-tu me dévoiler mon destin
    De ce jour qui doit pour moi bien finir avant demain ?
    Lorsque tu me cueilleras, quel moment restera de l'Espérance
    Pourrais-je vers l'ailleurs voir l'extase, perdre ma souffrance ?

    Tu me marqueras le corps de ta faux insensible
    Sous la tiède pâleur de ma vie qui s'enfuit je reste ta cible
    Je ne serai plus mais vivrai-je un dernier délice encore
    Dans l'horreur de ma noire destinée
    Quand ma nuit finira à l'éveil de l'aurore
    Et que sans répit l'horloge du temps révolu viendra à sonner

    Dame Mortelle, écoute la voix de mon humble raison
    Qui contemple ta gloire et murmure ton nom
    Loin des absurdes idées que de toi je me fais ici
    Couvre ma philosophie de ta bienveillante anesthésie

    Je te salue, Dame Moissonneuse, éternelle et sombre lumière
    Des limbes tu es la fille d'une beauté mortifère
    Traîne moi au bord du tombeau à la lueur de la pénombre
    Enferme moi de tes bras et porte mon être au delà 
    Et si mon âme est oppressée par quelques ombres
    Accorde moi la paix et laisse mon esprit reposer là

     

     

     


    11 commentaires







  • Avec l'automne qui porte ses couleurs dorées en septembre
    Apparaît la fête de la vigne, des récoltes et des ramassages
    Bienvenus aux hardis temps des vendanges et moissons
    Dans les champs de nos contrées de France, et en Europe
    Les arbres, braves vieillards vont se reposer quand tout stoppe
    Les plantes chéries de nos jardins vont s’éteindre pendant la fenaison
    Vers l'hiver prochain s'annonce ce moment où tout est naufrage
    Où tout de la nature jolie devant nous se défeuille, se démembre

    Dans l'éternel azur reste toujours la sereine volupté
    D'une mélancolique langueur que ce ciel éclaircie
    Viennent mourir les derniers bruits du monde estival
    Le cycle cuivré leur donne d'ultimes soubresauts
    Un vent funèbre et monotone aux feuilles offre danse et concerto
    Aux quatre coins du pays se joue la symphonie automnale
    Mais impuissant à changer son temps, le poète clame une poésie
    Il propose de ses tendres mots une gloire à cette saison bien colorée


     

     

     
    Premier Poème D'une Nouvelle Serie
    ''Les Poèmes A Sujet Proposé''

    D'Apres Une Idée Lancée Par L'Ami Hatsushio
    Dont Voici Le Blog

    http://world-of-the-infinite-disorder.eklablog.com/

    Son Sujet Proposé ''L'AUTOMNE''







     


    26 commentaires
  •  





    Les jours et les soirs passent je suis toujours en bien être
    Par la nature je garde un charme divin parmi ce qui est superflu
    De mon passé j'oublie ce qui me dérange, ne me plaît plus
    Vers l'absolue beauté des forets et des champs j'ouvre ma fenêtre

    J'accueille de ma campagne ce bohème paysage
    De tous mes pas faits en décor pastoral et forestier
    Chaque jour je m'exhale à en garder le plus fort aspect
    Mes nuits deviennent douces après mon vagabondage

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Place Stanislas

     

     



    Le monument préféré des Français
    En cette année 2021 sur France Télévisions
    C'est la Place Stanislas de Nancy
    Voila la petite nouvelle annoncée
    Admirez et observez en cette occasion
    Le lieu que je parcours souvent dans ma vie

     

     

     https://pv.viewsurf.com/1614/Nancy-Place-Stanislas-Hotel-de-ville?i=NjI3Njp1bmRlZmluZWQ

     

    https://pv.viewsurf.com/1744/Nancy-Place-Stanislas-MBA?i=Njc2MDp1bmRlZmluZWQ

     

     

     

    En ce moment c'est l'installation
    Des Jardins Ephemeres, qui sont organisés
    Pour l'Automne qui va bientot arriver
    Spectacle annuel qui s'offre en cette saison

     

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

     

    Je suis dans la pénombre et seul mon cœur en émoi
    Les bruits de la terre durant la nuit perçoit
    Le silence, je m'éveille et sens une tiédeur sous mes draps
    C'est ta chaleur que je saisis là tout contre moi
    Je rêve ou la réalité me donne le feu de ta présence
    O mon aimée ! De mon fol amour, tu es la chance !
    Tu es la paix, tu protèges tout en toi
    D'une sagesse pour chaque jour qu'un soleil inonde ta foi
    Tu m'arroses d'amour, de bonté, j'absorbe tout et chante
    Quand tout s'endort et s'achève avec la nuit calmante
    Quand les lumières portent un paradis artificiel, le silence vient
    Aucune voix ne se fait entendre dans ce crépuscule urbain
    Que m'importe si je ne suis qu'avec toi à mes côtés
    Que m'importe si ton amour est toujours pour moi dédié

    Si du crépuscule tout doit s'en aller et se briser
    Je ne conserverai que les merveilleuses heures exprimées
    Dans l'océan de mes souvenirs amers mais si consolants
    Je plongerai souvent pensant à cet amour qui se faisait pour moi à chaque instant
    Je pourrai en rire, je chanterai et m'apaiserai, car un nouvel enfant renaîtra en moi
    Par cette ardeur que j'ai eu et j'aurai en me rappelant toi

    La quête de cet amour m'apporte un nouvel espoir
    Quand mon cœur pleure d'avoir a chercher le Paradis
    Il m'arrive un doux message pour m'y diriger et m'y recevoir
    De la jeunesse de ce bel amour un incertain trajet s'annonce pourtant ici
    Je festoie donc ce vif sentiment a travers les rires
    Avec quelques fleurs du jardin comme de singulières pensées
    Je conçois que la Mort viendra nous séparer nous faire pleurer de son ombreuse fatalité
    Cette mort sombre auquel chacun devra s'asservir
    Et fièrement on ne pense qu'à vivre l'instant de gaieté de joie
    Je te savoure ma bien-aimée tant que nous sommes réunis sans cette fatale Loi
    De toute nouvelle connaissance qui s'approche
    On veut futilement, pauvre enfant, que cela dure l'éternité
    Tout garder a soi pour de longues années
    On ne pressent pas que paraîtra une inéluctable anicroche

    Tous en quête d'immortalité
    Depuis la perte du Paradis
    On doit savoir partir vers l'ailleurs
    D'un amour qui sera et vivra de bonheur
    Je garde le peu d'aimer enfoui en mon esprit
    Ce bref plaisir tant qu'il se pourra

    Je suis dans la pénombre et seul mon cœur en émoi
    Les bruits de la terre durant la nuit perçoit
    Le silence, je m'éveille et sens une tiédeur sous mes draps
    C'est ta chaleur que je saisis là tout contre moi
    O mon cœur donne moi pour toujours et là des nuits
    Où je serai encore si prés de ta vie
    Tu me donnes la paix, tu possèdes l'art du bien en toi
    Tu apportes avec tous tes atours une certaine foi
    Que tu sèmes d'amour, de bonté, je cultive ce tout et te chante
    Quand tout s'endort et s'achève avec la nuit calmante
    Quand les lumières portent un paradis artificiel, le silence vient
    Aucune voix ne se fait entendre dans ce crépuscule urbain
    Que m'importe si je ne suis qu'avec toi à mes côtés
    Que m'importe si ton amour est toujours pour moi dédié

     

     

     

     


    9 commentaires
  •  





    Après les balades et promenades à pied
    J'ai décidé de changer mes pratiques
    C'est en vélo que je vais me laisser tenter
    Et en faire mes activités champêtres et ludiques

    En foret, dans les champs il y a de l'espace
    Pas de voitures ou d’empêchements urbains
    Je pourrai enfin rouler sans souci sur les chemins
    Sans être dérangé par un danger qui vient et passe

    Après les balades et promenades bien vécues
    Vers d'autres transports j'accorde mes vues
    A bicyclette un peu sur les routes sylvestres
    J'irai de mes activités forestières et terrestres

    En foret, dans les champs je pourrai me mouvoir
    Sans l'inquiétude d’être par un risque menacé
    Enfin circuler sans souci sur de beaux sentiers
    Avec mon petit engin je jouirai d'un bonheur jubilatoire

     

     

     

     

     


    11 commentaires