• Ô Ballade Aux Balades

     




    Marcher au hasard et suivre des sentiers rudes
    Aller devant soi, grisé d'une promenade pleine de solitude
    Devant le seuil de sa maison au retour respirer abondamment
    Sentir son monde qui avant s'en allait, se mourrait 
    Redevenir vivant, enfin le savoir exister
    Hier le Néant, mais aujourd'hui il se place bien plus présent


    Aux jours et aux soirs de ces balades champêtres
    Vous ressentez la douce nature qui ouvre sa fenêtre
    Qui vient offrir sans demande sa beauté et le calme serein
    Où sans bruit de la ville vous glissez dans son éternel charme
    Laissant les cités fatigantes qui vous désarment
    Qui empêchent vos chances de vivre d'un monde souverain


    Ma pensée est couleur d'une nostalgie lointaine
    D'un parcours où le soleil brille et chante encore sa rengaine
    Pas à pas je souffle sur mes maux qui s’élèvent 
    Les angoisses qui me figent et me laissent désespéré 
    Tout en continuant mon chemin je dirige ma félicité
    L'espoir et le bonheur sont là à mes cotés sortis d'un rêve


    Les miroirs ne se troublent plus et reflètent
    Que les ténèbres qui demeuraient j'en fais la conquête
    Ô Nature, belle et vaste, que ta force est terrible
    Toi, monde de la flore divine je glorifie ton don
    Esprit mystérieux de l'univers, anges ou démons
    Laissez nous la foi en vos effets invisibles


    Loin de funestes sentiments je revis mieux
    Comme un air mélancolique j'erre dans de célestes milieux
    Ma tristesse accrochée en mon cœur s'efface et dévoile
    La paix intérieure face aux maux qui me faisaient souffrir
    Dans l'attente de survivre à l'effroi anathème de mourir
    Mon pâturage défini, je sombre dans une mer d'étoiles


    Marcher au hasard et suivre des sentiers charmants
    Aller devant soi, faire une promenade dans les bois, les champs
    Devant le seuil de sa maison au retour se sentir exister et en profiter
    S'aventurer dans ce monde là qui nous donne l’énergie
    De redevenir vivant, enfin pouvoir durer dans sa vie
    De sa course au Néant, oublier les peines et avec la Nature s'allier


     

     

     

     

    « Entre T'Adorer Et Te DétesterTout Se Ferme Et Pourtant »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    16
    Mardi 16 Mars à 13:50

    voila un poéme qui donne de l'espoir   se ressourcer grâce a notre belle nature .... que nous l'homo sapiens détruisons petit a petit  

    oui nous avons encore la chance de la voir cette belle nature qui se détruit au fil des jours !  cela me fait toujours penser a une chanson de Johnny Halliday qui m'avait marqué.... 

    Les paroles de "Poème sur la 7ème", écrites par Philippe Labro. 

    Qui a couru sur cette plage?
    Elle a dû être très belle
    Est-ce que son sable était blanc?
    Est-ce qu´il y avait des fleurs jaunes
    Dans le creux de chaque dune?

    J´aurais bien aimé toucher du sable
    Une seule fois entre mes doigts

    Qui a nagé dans cette rivière?
    Vous prétendez qu´elle était fraîche
    Et descendait de la montagne?
    Est-ce qu´il y avait des galets
    Dans le creux de chaque cascade?

    J´aurais bien aimé plonger mon corps
    Une seule fois dans une rivière

    Dites, ne me racontez pas d´histoires!
    Montrez-moi des photos pour voir
    Si tout cela a vraiment existé
    Vous m´affirmez
    Qu´il y avait du sable
    Et de l´herbe
    Et des pierres
    Et des fleurs
    Et des oiseaux?

    Allons, ne vous moquez pas de moi!
    Qui a marché dans ce chemin?

    Vous dites qu´il menait à une maison
    Et qu´il y avait des enfants qui jouaient autour?
    Vous êtes sûrs que la photo n´est pas truquée?
    Vous pouvez m´assurer que cela a vraiment existé?

    Allons, ne me racontez plus d´histoires!
    J´ai besoin de toucher et de voir pour y croire
    Vraiment, c´est vrai!
    Le sable était blanc?
    Vraiment, c´est vrai!
    Il y avait des enfants
    des oiseaux? de l´herbe
    Vraiment, c´est vrai!

    Ça a vraiment existé,
    Ça a vraiment existé, vraiment 

    15
    Samedi 27 Février à 07:44

    La nature me ressource mais, est ce que c'est suffisant pour moi oui quand même !! mais c'est usant de ne pas profiter pleinement !!

    14
    Vendredi 26 Février à 13:21

    Hello,

    des mots bout à bout nous donnent ce joli poème qui est très réaliste. Je te souhaite un excellent week-end malgré les contraintes imposées dans ton département.

    Amitiés

    M@rie

     

    13
    Vendredi 26 Février à 11:13

    Merci pour ce beau moment de bonheur et d'évasion !

    12
    Vendredi 26 Février à 10:31

    Bonjour Phil comme d'ab je te donne raison ...Joli ton poéme et là tu es aussi dans le vrai , il faut avançer et essayer de vivre de la maniére la plus juste possible,  mais nous sommes trés mal entourés de plus haut ,pas de soutien que du hasard en tout ....Il ne faut surtout pas se laisser aller sinon on ne s'en sortira jamais ...Je suis toujours trés contente de te lire ami fidéle et ces temps ci j'essaye de m'accrocher aux branches car je ne suis plus du toutes les infos qui sont pour la plupart merdiques Je me demande ou ils veulent en venir , déja ce virus ou l'on perd les pédales , on nous bassine avec des trucs faux , alors pas de bol pour personne mais le beau temps va peut etre agir et nous faire changer d'optique,  mais je n'y crois guére ..Dans ton coin c'est la panique si j'ai bien tout saisi , chez nous c'est le calme plat , les gens sont confinés chez eux , ils donnent l'impression que tout passe a côté d'eux , je ne comprend plus du tout ce monde du tout ...Bon essayons de voir un peu plus clair si la chose est possible ....Je te souhaite une belle journée pour ce samedi ou le temps se rechauffe et ça fait du bien .........Bise et surtout continu tes jolis poémes c'est un délice quand on arrive sur ton site ........A+++++Soriane(Lili)

    11
    Vendredi 26 Février à 10:17

     bonjour 

     marcher  le nez  dans le vent ,  et les idées  en balade

    chanter en marchant de jolies ballades , 

     sentir le printemps  de retour 

     je te souhaite une trés belle journée 

     kénavo PHILIPPE 

     

     

    10
    Vendredi 26 Février à 10:02

    RE... Philippe

    Je suis bien d'accord avec ton "nota bene, c'est tout à fait cela.

    Mille excuses pour la faute que j'ai faite en omettant d'écrire bourgeonne au pluriel "bourgeonnent"

    Gros bisous 

    Méline

      • Vendredi 26 Février à 10:17

        pas grave les fautes d'orthographe,

        cela peut arriver et cela est facilement pardonnable

        LOL

    9
    Vendredi 26 Février à 09:44

    La fin de ton poème en dit long. Bravo.

    8
    Vendredi 26 Février à 09:40

    bien oui on est dans le caca

    courage regarde image il parle pour nous rire

    https://www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2019/11/A-Holiday-Reunion.jpg

    7
    Vendredi 26 Février à 09:36

    Bonjour Philippe, oui avec les beaux jours on se sent revivre et pousser des ailes, c'est bon; Bon week-end à Nancy .

    6
    Vendredi 26 Février à 09:06

    Ou "" la renaissance d'un printemps attendu """

    Magnifique Philippe..........

    Très beau temps dans mon arrière pays niçois où je suis dans la 1ere vallée , celle dite "" Du Paillon "

    5
    Vendredi 26 Février à 09:04

    Bonjour cher Philippe,

    J'aime beaucoup ton poème, il est superbe !

    C'est toujours un plaisir de te lire.

    Temps gris ce matin pff ! Dommage plus de soleil comme ces derniers jours.

    Bonne journée et agréable week-end ami poète

    Gros bisous

    Florence 

    4
    Vendredi 26 Février à 09:03

    bonjour Philippe , ah oui quel beau texte poétique si agréable à lire  merci +++  , eh bien nous aussi on part en longues balades  A+++  amicalement 

    3
    Vendredi 26 Février à 07:33

    Bonjour cher Philippe 

    On apprend à vivre avec la solitude avec la perte de l'être aimé, il suffit de regarder la nature s'éveiller, un oiseau qui chante, un enfant qui peut rire aux éclats, les arbres qui bourgeonne ...oui le retour du printemps même si chaque saison a son charme, le printemps pour moi est la plus belle saison, le printemps en musique (les 4 saisons de Vivaldi), le petit rouge gorge qui revient manger les graines que je lui mets, tout cela fait que je ne suis plus seule. 

    Merci mon ami pour ce magnifique poème qui se termine par une note gaie 

    Bonne journée et gros bisous 

    Méline

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :