•  

     

     ET UNE SUITE A MON COWBOY SOLITAIRE

    LA POESIE SUR LA DEMOISELLE ENFUIE

     

     




    La Cow-Girl est seule ce soir
    Après une nuit d'amour
    Elle est partie au petit matin
    Vers d'autres aventures
    La Cow-Girl n'a pas vu la mesure
    De cette passion qui lui vient
    Elle a préféré s'enfuir ce jour
    En plein orage elle se gâche l'espoir



    L'aube ou elle s'en est allée
    Fut une journée de pluie
    De désespoir pour les deux amants
    D'un seul nocturne bonheur
    Il lui a fallu partir vers l'horizon prometteur
    L'orage qui avait grondé longuement
    Ne put laver le souvenir du Cow-Boy qu'elle a chéri
    Laissant une trace indélébile au cœur de la belle aimée

    Triste désormais sans son héros elle part
    Vers sa petite maison dans la prairie
    Droit devant cet immense Ouest ou elle fera son avenir
    Essayant de retrouver une joie, un plaisir qu'elle sait vains
    Dans quelle ville, quelle région ira t elle prendre son chagrin
    Quel site finalement se choisir pour y vivre sans cet amant de loisir
     Mais pourquoi ne reste t elle pas avec lui ?
    Pourquoi l'abandonner après cette seule nuit d’écart

    Elle ne veut pas d'attaches charnelles a une vie d'habitude
    Elle se veut libre et s'en va des qu'elle a reçu sa grâce
    Elle part solitaire vers d'incertaines aventures
    Sans se laisser aller aux lendemains heureux des amants fidèles
    L'orage du matin qui a grondé longuement trempait la demoiselle
    Lui laissant la trace méchante d'une plaie a son cœur dur
    L'atmosphère n'est plus a la joie ni aux sourires, elle se glace
    La vie continuera cruellement loin de ces amours et leurs turpitudes

     

      La Cow-Girl sera seule ce soir
    Après une nuit d'amour
    Elle partira au petit matin
    Laissant son amant en blessure
    La Cow-Girl n'a pas fait la mesure
    Des passions de celui qui lui vient
    Elle préfère s'enfuir au lever du jour
    En amour, elle se gâche l'espoir

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  




    Le soleil se levait malgré tout comme à l'habitude
    La vie tournait et continuait ses turpitudes
    C'était le fond de l'air qui avait radicalement changé
    L'atmosphère n'était pas de joie, un goût âpre s'abattait
    L'orage qui avait grondé longuement puis avait disparu
    Laissa la trace d'une agaçante plaie au cœur du héros nu

    Le cow-boy est las et triste désormais sans son aimée
    Il est solitaire loin de son amour depuis qu'elle s'en est allée
    Il tente par ailleurs de la retrouver et parcourt ce désert brûlant
    De tous côtés, essayant de la rattraper sans savoir où elle reste dorénavant
    Dans quelle ville, quelle région de cet immense Ouest elle a fait sa demeure ?
    Quel site finalement se choisir pour y faire battre son cœur ?

    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui parcourt les espaces, les déserts
    Sans jamais m'arrêter à un point précis
    Toujours à la recherche de son idéal parti
    Toujours en quête de cet amour perdu
    Sans jamais se fixer à un endroit où il n'est vu
    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui partira un jour de cette infinie terre
    Sans jamais avoir revu l'amour de sa vie
    Cet amour qu'il a vécu juste une nuit

    Le cow-boy est las et triste désormais sans son amour
    Il devient solitaire un peu plus que se font les jours
    Il s'entraîne par ailleurs à oublier avec quelques rencontres de passage
    Essayant de retrouver une joie, un plaisir qu'il sait de vains marivaudages
    Dans quelle ville, quelle région de cet immense Ouest l'amour a été prendre retraite ?
    Quel site finalement se choisir pour y vivre avec sa conquête ?

    Le soleil se lèvera toujours comme à l'habitude
    La vie continuera dans ses grandes turpitudes
    Si le fond de l'air a radicalement changé
    L'atmosphère n'est plus de joie et un goût âpre s'abattait
    L'orage qui avait grondé longuement a soudain disparu
    Laissant la trace d'une agaçante plaie au cœur du héros nu

    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui parcourt les espaces, les déserts
    Sans jamais m'arrêter à un point précis
    Toujours à la recherche de son idéal parti
    Toujours en quête de cet amour perdu
    Sans jamais se fixer à un endroit où il n'est vu
    Je ne suis qu'un cow-boy solitaire
    Qui partira un jour de cette infinie terre
    Sans jamais avoir revu l'amour de sa vie
    Cet amour qu'il a vécu juste une nuit

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  





    Avant de m'incliner à ton temple, maitresse de ma nuit
    Je fredonne d'étranges cantiques où je glorifie mon chagrin
    Je célèbre les funérailles de notre amour défunt
    Que les Dieux me viennent en aide pour pouvoir survivre à l’hallali

    Fatigué de prier ton retour vers mon lit accueillant
    Pourquoi rester là à idéaliser un amour fini, il faut ma vie continuer
    Je reprends le souffle et décide de m'en aller
    Vers un autre domaine, où je prierai à d’autres serments

    Sourd aux vents bruyants je regarderai désormais le ciel ouvert
    Je contemplerai la mer et plongerai mon âme vers un autre meilleur
    Avec toi, j'ai absorbé le vin glorieux de ton calice secret et ce bonheur
    Quand tu venais sans cœur pour t’enivrer à mes cotés de notre affaire

    Mon ouvrage fini, tu disparaissais vers d'autres existentielles occupations
    Je voulais tant croire que j'étais l'unique dont tu convoiterais le corps
    Mais l'espoir s'en est allé, je reste désormais seul, je pleure encore
    De feu notre amour tu m’as laissé un mausolée dont maintes fois je me morfonds

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     

    Il m'a fallu du temps mon amour
    Pour comprendre ce qui m'arrivait
    Il m'a fallu autant de jours
    De mois que cette année écoulée

    Il m'a fallu m'isoler et oublier
    Que tu m'as si souvent trompé
    Il m'a fallu me séparer de mes amis
    Ceux qui t'avaient suivi

    Sur le chemin du défendu
    Tu t'es si souvent soumise
    Avec ce charme dont tu avais la maitrise
    Tu as dompté les cœurs les plus obtus

    Tu m'as été infidèle alors pars
    Je ne peux plus aimer une mauvaise graine
    Je ne peux plus avoir que de la haine
    Ton cœur s'en foutait de mon désespoir

    Adieu jolie peste
    Adieu car tranquille enfin je reste
    Si tu as su m'empoisonner du venin
    De ton amour, rien ne me restera demain

     

     

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  

     



    A ta façon d'apparaitre je t'ai surnommée "Parfaite"
    J'eus cette folle envie de faire ta conquête
    Je ne me suis pas méfié des vilénies de ton âme cruelle
    Je donnais le meilleur de mon amour à ton appel

    Tu es venue faire un petit passage
    Tu es venue offrir pour un instant ton plus beau visage
    Devais-je envoyer tout balader et m'enfuir ailleurs ?
    J'ai succombé de passion et me reste un couteau en plein cœur

    Je me suis fait trop confiance face à ton angélique minois
    Trompé par le charme d'ange heureux qui émane de toi
    Je n'ai mesuré le point de ma destruction
    Continuant d'aimer nos rencontres à foison

    J'ai prié une divinité absolue pour ne pas céder et t'abattre
    J'ai prié pour ne pas me détruire à vouloir tuer ton théâtre
    Ces derniers temps je n'ai pu soigner que mes profondes blessures.
    Ce jour, je me suis enfin réveillé et ma belle je quitte l'aventure


     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Petit ange s'en est allé
    Petit ange s'est envolé
    Vers les cieux
    Où il vit à présent
    Près des Dieux
    Il restera éternellement 

    Un petit ange est parti
    Le petit ange que nous avons perdu
    Les larmes ne s'assécheront jamais en nos cœurs
    Laissant son absence à de bien tristes heures
    Que ces nombres de maladies puissent se soigner, soient vaincues
    Et que la terre se guérisse de tous ses maux et ses soucis

    Sa jeunesse pour nous charmer de son bref bonheur
    Ses rires et ses joies là dureront en nous pour toujours
    De sa présence demeurent tant de souvenirs et d'espoirs
    Ses grands rêves de guérir et de ne pas rester qu'une mémoire
    Il s'est perdu en chemin, un jour
    Il n'a pu lutter sur ce sentier de douleurs

    Petit ange s'en est allé
    Petit ange s'est envolé
    Vers les cieux
    Près des Dieux
    A jamais
    Pour séjourner

     

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

    Est-ce une règle particulière
    Dans ton monde étrange qui me rend si fou ?
    Est-ce une nouvelle façon d’agir que je perçois d’un coup ?
    Tu as tout chamboulé en cette drôle de nuit, ma chère


    Tu m’as dit adieu le lendemain, tu es partie
    Notre transe nocturne fut d’une si courte durée
    En cette soirée l’amour auquel j’ai cru s’est effacé
    Ce fut ton amusement à mes dépens, j’en paie le prix


    Ai-je mérité ce jeu d’amour qui m’a laissé seul ?
    Où puis-je aller me consoler, y porter mon linceul
    Pardon, mon amie, d’être entré dans ton plaisir


    Un flot de joie me réparera-t-il fort après ma défaite
    Aurai-je une vie à poursuivre après ce mortel élixir
    Si notre amour ne vit longue vie, adieu belle silhouette

     

     

     

     

     


    29 commentaires
  •  



    La mort m'entoure soudain de ses ombres funèbres
    Mais ma raison voit le jour à travers ces ténèbres
    En un vaste écho, la grande âme m'inquiète
    De la mort et du temps il me reste la conquête

    Je laisse mon esprit libre d'inquiétude
    D'un facile bonheur faire une dernière turpitude
    Que t'importe après tout que ton échéance barbare
    Sous ses nuages gris vienne m'emporter et m'affaiblir
    Que t'importe en quels lieux mon sort se prépare
    Sur quels flots grondants la vie qui est mienne expire

    Dame Mortelle, viens-tu me dévoiler mon destin
    De ce jour qui doit pour moi bien finir avant demain ?
    Lorsque tu me cueilleras, quel moment restera de l'Espérance
    Pourrais-je vers l'ailleurs voir l'extase, perdre ma souffrance ?

    Tu me marqueras le corps de ta faux insensible
    Sous la tiède pâleur de ma vie qui s'enfuit je reste ta cible
    Je ne serai plus mais vivrai-je un dernier délice encore
    Dans l'horreur de ma noire destinée
    Quand ma nuit finira à l'éveil de l'aurore
    Et que sans répit l'horloge du temps révolu viendra à sonner

    Dame Mortelle, écoute la voix de mon humble raison
    Qui contemple ta gloire et murmure ton nom
    Loin des absurdes idées que de toi je me fais ici
    Couvre ma philosophie de ta bienveillante anesthésie

    Je te salue, Dame Moissonneuse, éternelle et sombre lumière
    Des limbes tu es la fille d'une beauté mortifère
    Traîne moi au bord du tombeau à la lueur de la pénombre
    Enferme moi de tes bras et porte mon être au delà 
    Et si mon âme est oppressée par quelques ombres
    Accorde moi la paix et laisse mon esprit reposer là

     

     

     


    11 commentaires
  •  





    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus toute mon existence
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus mon innocence
    Et tombe des nues en suivant toujours le cours de la vie
    Explore intensément toutes ses belles harmonies

    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus tout de mon paradis
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus mon unique amie
    Telle une aride pluie qui lave tout a son arrivée
    Un rayon de soleil qui illumine et souffle sa chaleur à mes cotés

    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus tout de mon âme
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus ma douce flamme
    Brûle en d'autres endroits, si au loin tu quittes mon corps
    Donne moi le meilleur de toi une heure encore

    Pars et va découvrir l'ailleurs, ô toi qui fus toujours à moi
    Va visiter et parcourir d'autres lieux, toi qui fus ma voie
    Et repense a tous les bienfaits offerts à ma petite tragi-comédie
    Souviens-toi des belles années, des belles harmonies

     

     

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique