•  

     

    Blog En Pause Vacances








    Je prends une pause, quelques vacances
    Je me mets un peu en silence
    Je reviendrai plus tard ce mois
    Ce sera apres le vingt trois

    Vos articles, je ne commenterai pas
    Vos blogs je laisse tomber un peu là
    Pardonnez ce manque de fidélité
    Deux semaines je ne serai

    Je mets mon blog en sommeil
    Un séjour repos sans le virtuel
    Je ne vous oublie pas mes amis
    En belle forme je reviendrai par ici
     



     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

     

     
    J'ai constaté du ciel tombant d'hier soir la morosité
    J'ai respiré l'air de la mer, senti la terre et la chaleur en ma maison m'a fait m'étourdir
    J'ai entendu les vagues sur le sable arriver et le cri des mouettes moqueuses
    Parmi toutes ces sensations j'ai pleuré tout ce jour d'une vieille rengaine

     

    Cette mélodie que l'on chante lorsque nostalgique et affecté
    Tout nous donne l'envie de quitter, d'abandonner nos las souvenirs
    Je me suis senti si brisé loin d'une allure habituellement joyeuse
    Et de ces pensées rien ne pourrait m'évader je reste en peine

     

    L'instant de nos bonnes heures me revient dans ma balade forestière
    Je me sens vain, m'en désole tant que je veux mourir ici, en plein air
    Me tournant légèrement vers mon chemin de sombres idées me venaient en tête
    J'ai vu les pins qui au nord se tenaient fiers devant ces célestes nues en fête

     

    Toute l'après midi, je les ai fixés beaux, solides ils résistent au vent fort
    Leurs cimes noires pourtant assombrissent la vue du doux ciel bleu
    J'ai ressenti tant de paix se dégageant je suis resté jusqu'au soir, tard avec eux
    Je me suis découvert soudain heureux et mieux qu'alors

     

    J'ai souri sans ne plus jamais éprouver l'envie d'aller pour toi mourir
    Je revois un espoir pour ma vie et m'en retourne vers la maison
    Je rentre au petit matin vers l'avenir qui me porte, j'esquisse une petite chanson
    Je vous en serai gré chers pins sous un ciel étoilé de m'avoir, toute la nuit, éloigné du pire

     

    J'ai constaté qu'avec ce ciel et ces pins laissant ma morosité
    J'ai respiré l'air frais de la nuit, senti la terre et la chaleur de cet été à m'en étourdir
    J'ai entendu les vagues de vent souffler sur la flore avantageuse
    Parmi toutes ces sensations j'ai fredonné ma nocturne rengaine

     

    Cette mélodie que l'on sent lorsque nostalgie et bonheur viennent s'attacher
    Pour nous donner l'envie de continuer, jouir de nos bons souvenirs
    Je me suis senti de nouveau heureux reprenant ma nature souvent joyeuse
    Loin de toutes mes tristes pensées je me suis évadé enfin de ma peine
     
     
     
     
     
     
     

    10 commentaires
  •  

     



    Richesse de cœur est ta vie
    Richesse du pauvre est une autre abondance
    Richesse des humbles est trop bien cachée
    Richesse de ce monde n'est pas d'ici bas

    Pauvreté n'est qu'un répit
    Pauvreté n'est qu'humaine apparence
    Pauvreté est trop souvent abandonnée
    Pauvreté est ton dieu quand tu ne sais pas

    Richesse en son cœur n’est plus un souci
    Richesse des pauvres quand d’autres dansent
    Richesse qui est un point, un trait
    Richesse de ce monde qui vit son Nirvana

    Pauvreté peux-tu encore offrir l’oubli ?
    Pauvreté n’es-tu qu’un effet de l’ignorance ?
    Pauvreté si souvent déclarée
    Pauvreté ton dieu pleure quand tu ne vas pas

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  





    Joli bois de mes amours
    Bois joli de ma jeunesse
    Où je courais enfant
    Pour y savourer
    Les arbres, les fleurs
    Les animaux et tant de chemins

    Joli bois resplendit toujours
    Bois joli plein de noblesse
    Je t'ai aimé au premier temps
    Je ne t'oublierai jamais
    Tu as fait partie de mon bonheur
    Tu fus si souvent mon petit jardin

    Joli bois il ne reste plus
    Bois joli qu'un petit endroit
    Pour garder encore
    Ce que tu fus jadis
    Ce que tu offrais naguère
    Tu as perdu contre eux

    Joli bois une route dessous, dessus
    Bois joli a été construite sur toi
    Tout a été coupé de ton corps
    Rasée fut ta nature pour des bâtisses
    Mon enfance est un souvenir en ta terre
    Mon enfance est avec toi dans les cieux

     

     

     

     


    11 commentaires

  •  

     





    Qu’elle est douce cette pensée
    Qui nous pousse à la fête, au plaisir
    Vers les temps artificiels où l’on oublie
    L’affreuse et dure réalité par de mirages arrangés

    Comme nos soleils illusoires donnent une clarté
    Au cœur éteint qui veut fantasmer sans souci
    Qu’il est beau ce terrain à bâtir
    Où l’on s’aventure et y construit son idée 

    Ô rêveries et chimères nées dans ce monde
    Sous l’apparence froide d’une vérité qui embarrasse
    Ô illusions qui en nous plongent quand l’heure est pesante
    Que chacun vive son utopie d’illusions couvertes

    Je vous rends hommage mondes féeriques et terres secrètes
    De ma confession ici vibrante et là vivante
    Notre cerveau en temps mauvais a cette possible grâce
    De se créer l’éphémère prestige d’une ivresse profonde


     

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  



    Fuyez ! Fuyez !
    Vous les sobres qui restez sains et propres dans le quotidien
    La nuit arrive avec son lot d'horreur
    La nuit honteuse que les Dieux si endormis eux même ne voient pas

    Quittez ! Quittez !
    Les chemins de la ville car des Bêtes assoiffées en prennent le terrain
    Sentez vous crépir cet appel ardent de la débauche sonner son heure ?
    Les plus secrets rêves que l'on n'ose avouer vont surgir ici bas

    Dans ta maison déserte tu ressens ce désir latent de la nuit
    Tu perçois cette invitation à la luxure obscure qui s'offre à toi
    C'est l'heure où les Bêtes sortent de leur repaire pour assouvir leurs faims et affreuses orgies
    L'heure nocturne où tout s'entremêle dans l'obscurité généreuse qui aide à satisfaire les émois

    Les Bêtes et les Dieux se heurtent dans l'atmosphère chaude des bacchanales
    La noirceur des secrètes places où se déroule l'indécent si propice à tout ce mal
    Qui rejoindra le troupeau des Bêtes confuses et malsaines
    Qui rejoindra leur vie de péchés aux conduites si vilaines

     

     

     

     


    21 commentaires
  •  

     

    L'ensemble semble agréable
    Il ne faut pas autre chose
    Il me faut tenir bien raisonnable
    Pour lui parler d'amour, si j'ose

    Ne pas chercher la perfection
    Ce sublime état qui ne vous épargne point
    Il faut trouver la juste mesure de mes actions
    Savoir patienter et mener bien ma barque au loin

    La rencontre s'est faite une nuit
    Où je criais comme le loup en plein bois
    Une apparition soudaine et ce fut l'émoi
    L'amour s'est attaché à moi et depuis je luis

    Sous la lune merveille, je brille, je fredonne un chant
    L'amour pousse des ailes même aux plus récalcitrants
    Faut-il encore douter quand on est amoureux ?
    Faut-il encore se soumettre à la volonté des cieux ?

    L'amour m'est ainsi apparu sans crier gare
    Par ce dieu fort rusé et bon qu'est Cupidon
    Il s'est arrangé pour dans ma vie lancer ses flèches de passion
    Moi si distant avec le bonheur d'aimer, le mériter est-il fait du hasard ?

    Ne cherchez donc pas à vous abîmer la vie d'illusoires harmonies
    Avec le bonheur amoureux il faut vivre comme il surgit
    Pour l'audacieuse et merveilleuse faveur qu'il vous a accordé
    Vivez et accueillez le, une longue vie à saisir tout de lui vous épuiserait

     

     

     

     


    16 commentaires




  • Une Divinité sournoise a érigé un destin féroce
    Entre mon mélancolique cœur et ma folle envie
    Si je pouvais franchir chaque obstacle et détruire chaque barrière
    Pactiser avec l'infâme pour avoir une heure de toi

    Si la terre s'écroule, brûle je ne veux que toi au dernier moment près de moi
    Si l'amour est d'un angelot le don suscité je veux qu'il me l'acquière
    Que les derniers instants d'affection vécus soient avec toi cette nuit
    Ensuite plus rien ne comptera je pourrai me mourir, affronter Thanatos

    Sur ce chemin mes pas vagabondent à l'aventure
    Je me balade ne pensant qu'à ton corps que j'ai vu nu et si admirable
    Toutes ces chimères m'égarent depuis que je t'ai surprise ainsi
    Tu es l'élément qui me fait vivre et me fera maintenant continuer

    Si seulement de ton côté tu pouvais finalement m'accepter
    Me donner cet espoir que j'attends de partager ta vie
    De ta grâce je suis magnétisé et je me sens trop vulnérable
    En présence de ta beauté me délier il faut peu à peu de cette aventure

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

    Je suis poésie, de moi chaque jour
    Parfois sort la tendresse et l’amour
    Souvent un peu de rage au cœur
    Dans ma recherche d’un poétique bonheur

    Si je suis là aujourd’hui à me mener parmi vous
    C’est pour m’exprimer et vous demander tel un fou
    De lire mes poèmes tendres ou durs ici offerts
    Un petit amusement de chat en son calme repaire
     
    Je ne suis moi que créature éphémère
    Telle une onde lourde ou légère
    Parfois grise ou arc-en-ciel
    Une Poésie Amère ou d’une Douceur Miel

    Si parmi vous je m’invite
    Rien ne me dira par la suite
    Si ma poésie vous touchera un peu
    Si à vos sens elle mettra le feu

    Je suis parfois soucieux
    D’avoir vos câlins doux ou généreux
    Pour ma poésie d’exaltation qui s’en vient céans
    Trouver un peu de la sympathie de votre élan

    Si vous voulez bien de moi
    Je passerai vous toucher quelques fois
    De ma patte de doux chat ou de sauvage tigre
    Je vous poserai là mes mots dès qu’ils vibrent

    Je suis poésie, de moi vous aurez
    Faits et réflexions de mes journées
    Un peu de rage dans mes attitudes
    Par une recherche hypothétique de béatitude

     

     

     

     

     


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires