•  






    Il y a trois bonbons dans mon pantalon
    Ces trois délices sont pour toi bien amusants
    Ces trois surprises toutes dévouées à ton corps

    Tu aimes ce que je te fais subir alors
    Tu aimes quand je viens avec ces trois sur toi jouir autant
    Tu aimes vivre cette nuit où les monstres sont

    Il y en a que deux qui restent quand on s'est aimé
    Seulement deux ici à présent après l'amour fini
    Ces deux sont nos corps sommeilleux

    Il y en a plus qu'un, un bien malheureux
    Je reste solitaire une fois toi partie
    Je suis de nouveau un seul être ici à m'exciter

     

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

    De la salle de bain où l'amour commencera
    Je t'appelle en remuant mon doigt
    Viens avec moi j'ai envie de toi
    Dans une douche bonne et calmante à tes bras

    Assis devant le miroir
    Je t'attends pour que tu puisses m'émouvoir
    Je te donne là soudain ce coquin rendez vous
    Mon corps se présente déjà au garde à vous

    L'eau coule lentement sur nos corps
    Tu me laves comme je te lave
    Ensemble nous découvrons là encore
    Nos peaux caressantes si douces et suaves

    Maintenant je vais la étendu sur le lit
    J'attends tout de cette nuit
    J'invoque ta délicate tendresse
    Je veux retrouver encore ma jeunesse

    Je veux ta frénésie, de ta vigueur
    Un peu de cette fantaisie que tu me donnes
    Quand tu retrouves enfin mon trésor caché et l'actionne
    Ça me bouleverse au profond de mon cœur

    Je regarde ton corps qui pour moi ondule
    Ouvres-toi à moi et ouvre aussi grands tes yeux
    On joue chaque moment de nos heures les amoureux
    Ne t'embarrasses pas de quelques scrupules

    Ma lance te fait frémir
    Laisse moi de mes tours te couvrir
    Me sens-tu ainsi donc tant exquis
    Que tout mon corps de toi jouit ?

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

     

     

    Rencontrer l'âme sœur qui va déclencher
    Ces envies de ne plus rien respecter
    Pour entreprendre ces jeux lubriques se cacher
    D'extases en fantasmes excentriques s'assumer

    Braver en cachette les interdits
    Aller découvrir ce plaisir recherché
    Atteindre en euphorie un Paradis secret
    Ensemble être agréablement surpris

    Pas de scénario précis attendu
    Du vague dans nos fantasmes flamboyants
    A l'instant faire ce qui s'offre maintenant
    Finir dans l'état de ce bien être reçu

    C'est un péché bien trop souvent condamné
    Se faire l'amour n'est pas publiquement éduqué
    Il se faut l'apprendre soi-même et difficile de résister
    Au plaisir de s'aimer dans l'indigne et la volupté

     

     

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  



    Aime moi
    Observe moi
    Imagine toi sur moi
    Caresse moi
    Touche moi
    Allonge toi sur moi

    Cherche moi
    Attrape moi
    Amuse toi avec moi
    Découvre moi
    Ausculte moi
    Lâche toi avec moi

    Mange moi
    Bois moi
    Nourris toi de moi
    Invite moi
    Visite moi
    Occupe toi de moi

    Excite moi
    Anime moi
    Envisage toi en moi
    Accueille moi
    Parcours moi
    Balade toi en moi

    Initie moi
    Satisfais moi
    Réalise toi par moi
    Analyse moi
    Étudie moi
    Guide toi par moi

    Courtise moi
    Étonne moi
    Soumets toi à moi
    Effleure moi
     Captive moi
    Offre toi à moi

    Débauche moi
     Dévergonde moi
    Damne toi pour moi
    Supplie moi
     Torture moi
    Offense toi pour moi

    Inspire moi
    Devine moi
    Engage toi avec moi
    Ordonne moi
    Obéis moi
    Libère toi avec moi

    Retiens moi
    Oublie moi
    Sépare toi de moi
    De toi a moi
    De moi a toi, dis moi
    Que d'émois tu as de moi !!!!!!!!!!

     

     

     


    18 commentaires
  •  





    C'est un plaisir habituel
    Auquel je me livre en bonne compagnie
    Préliminaire avant de s’entreprendre
    Partir dans ses délires amoureux

    Il me faut ici à mon audience avouer ce péché vicieux
    Des va-et-vient rythmés je fais prendre
    Ma tige gonflée que j’offre en ami
    Qu’elle me sculpture, me modèle et me caresse la dentelle

    Le poids léger à cette masse turgescente
    Me fait le bien initial pour commencer à aimer la demoiselle aimable
    Nous aurons dans nos ébats inspirés enfin un râle irraisonnable
    Après mon dernier assaut qui anima l'arme excitante

    Nous nous sommes livrés à d'insolents préludes d’amours
    De mon plaisir solidaire entre nous consenti ce jour
    Je rends gloire à ces sensations et saccades que certains décrient
    Et refusent de voir affichées mais qui, sûrement, envient



     

     


    11 commentaires
  •  

     



    Je suis amoureux d'une dame esprit
    Frappeur de beauté et vagabonde comme le vent
    Qui souffle dans ses lambeaux invisibles de peau

    Je suis amoureux d'une revenante amie
    Qui n'est que d'ombre et néant
    Mais elle ne peut me toucher quand je rêve d'un geste haut

    Elle me parle et m'énonce tant, douce et tendre être
    Mais c'est le toucher de ses mains
    Sur mon corps nu qu'il me faudrait

    Je suis amoureux d'un spectre si effrayant
    Qu'elle vole à travers murs et portes
    Mais ne peut cependant pénétrer en ma chair

    Je suis amoureux d'un fantôme, d'un esprit je suis l'amant
    Gentille et belle uniquement avec moi et que m'importe
    Qu'elle soit là de ses longues nuits de calvaire

    Là où elle ne peut qu'apparaître et disparaître
    Dialoguer dans la nuit et s'éteindre au matin
    Me laissant las après une nuit où je m'activais

    Seule sur le lit l'amante spectrale m'a regardé
    Elle m'a admiré, m'a vu me donner si solitaire
    Car elle ne peut jamais son amour m'offrir

    Sombre et réelle illusion de notre amour fait
    Elle part à l'aube levée, je pleure ma triste affaire
    Je voudrais tant mourir pour la rejoindre et je soupire

     

    Je suis amoureux d'une troublante Lady
    Admirable beauté froide, elle me suit tout son temps
    Elle reste là toute la vie lente qui s'écoule de moi

    Je suis amoureux d'une étrange amie
    Qui n'est qu'âme tourmentée, je la désire tant
    On ne peut se toucher si nos envies veulent l'émoi

     

     

     


    14 commentaires
  •  

     
     

     

    Cette nuit je me suis encore endormi en solitaire
    Quand j'ai fermé mes yeux de sommeil j'ai rêvé
    Que nous étions sur mon lit là tous les deux,
    Dans tes bras j'étais blotti et une fièvre d'amour apparue

    Nos deux corps enlacés se sont aimés à se satisfaire
    Bercé de ce bonheur infini que je me construisais
    Ivre de toutes ces caresses imaginées j'ai atteint les cieux
    Je me noyais dans un océan de tendresse je me suis retrouvé nu

    Peur de me réveiller pour retrouver la dure réalité
    Un plaisir solitaire me fait encore profiter de toi
    Je ne fais que rêver ces moments où je te donne tout de moi
    Et où je jouis croyant être enlacé à toi pour l'éternité.

     

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  



    Fuyez ! Fuyez !
    Vous les sobres qui restez sains et propres dans le quotidien
    La nuit arrive avec son lot d'horreur
    La nuit honteuse que les Dieux si endormis eux même ne voient pas

    Quittez ! Quittez !
    Les chemins de la ville car des Bêtes assoiffées en prennent le terrain
    Sentez vous crépir cet appel ardent de la débauche sonner son heure ?
    Les plus secrets rêves que l'on n'ose avouer vont surgir ici bas

    Dans ta maison déserte tu ressens ce désir latent de la nuit
    Tu perçois cette invitation à la luxure obscure qui s'offre à toi
    C'est l'heure où les Bêtes sortent de leur repaire pour assouvir leurs faims et affreuses orgies
    L'heure nocturne où tout s'entremêle dans l'obscurité généreuse qui aide à satisfaire les émois

    Les Bêtes et les Dieux se heurtent dans l'atmosphère chaude des bacchanales
    La noirceur des secrètes places où se déroule l'indécent si propice à tout ce mal
    Qui rejoindra le troupeau des Bêtes confuses et malsaines
    Qui rejoindra leur vie de péchés aux conduites si vilaines

     

     

     

     


    21 commentaires
  •  

     

     

    Il fait trop froid dehors en cet hiver déjà commencé
    Je préfère rester sous la couette avec toi mon adorée
    Là, tout deux à se réchauffer alors que nos cœurs s'embrasent
    Et donnent l'émoi à nos prologues qui peu à peu s'improvisent cocasses
    Près de la cheminée le chien s'étire heureux et s'endort dans cette douceur
    Le chat près du dogue lui aussi se réjouit totalement de ce feu du bonheur

     

    La neige commence à tomber, le vent souffle et agite les petits flocons
    Qui donnent au sol de nos rues la couleur blanche que nous contemplons
    Dans tout ce laiteux halo les quelques pas des badauds sont vite recouverts
    La pluie des flocons se fixe sur les visages des passants pressés dans cet atmosphère
    Dans le berceau de nos ébats, là où est né notre passionnel sentiment nous dormons
    Tel les ours ensommeillés à la saison froide, de notre sieste pour mieux se reconquérir

     

    Cette volupté, ce calme et ce petit peu d'apaisement qui nous gagne nous apprécions
    Comme l'hiver anesthésie la terre aussi bien que nos habitudes, le printemps fera tout repartir
    Mon hiver, pas trop estimé de ton climat glacial pourtant ta part aussi tu nous donnes
    Ralentir les sols pour mieux renouveler nos semailles, un répit dans le tourbillon des entrains,
    Paralyser les mauvaises ardeurs pour que la paix puisse deux mois subsister enfin
    Il faut te commémorer aussi, tu n'es point mon automne (monotone)

     

     

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique